La Grande Guerre sur le Front Occidental : La Meuse >

Argonne, commune de Vauquois

Version mobile
English

Argonne, commune de Vauquois

La guerre des Rats ... ou la guerre des mines

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vauquois... La butte de Vauquois.
En septembre 1914, après leur défaite dans la Marne, les Allemands se replient et cherchent à prendre un point haut. Le 24, ils s'emparent de Vauquois, un village de 170 habitants.
Augustin qui grimpe un escalier. Un peu essoufflé.
Augustin : Un peu de sport... donc. J'y suis presque. Voilà le Monument aux Morts. Et en face... ce qu'il reste du village historique de Vauquois. Rien. Plus d'église, plus de fermes. A la place des cratères. Ils doivent faire au moins 20 mètres de profondeur. Plus même pour certains !
Mais je comprends que les Allemands y tenaient à cet endroit. D'ici, on domine tout. Et à l'époque, les Armées n'ont pas de radars, pas de satellites. C'était stratégique d'investir les hauteurs. Les Français devaient reprendre Vauquois.
Combien de morts déjà ici...
Augustin prend son calepin, tourne des pages...
Augustin : 15 000 ! Rien que le 27 octobre 1914, en trois quart d'heures de combat, 1150 morts côté français.
Ambiance de combats, mitrailleuses, artillerie,
Ordre d'un officier à ses soldats
Officier : Continuez.... Il faut y arriver coute que coute.
Bruit d'explosion...
Un face à face inutile. Plus rien ne bouge. Les deux camps se lancent alors dans une guerre des mines qui fait elle-aussi des dégâts considérables. Des galeries sont creusées jusqu'aux tranchées ennemies pour y faire sauter des explosifs et désorganiser l'adversaire.
Bruit d'explosion
Augustin : " Aujourd'hui, à part ses cratères, les traces de cette guerre des mines sont atténuées par la végétation. Vauquois est devenu un lieu de mémoire, entretenu par l'Association des Amis de Vauquois. Tiens voila son président... Alain Jeannesson....
(au loin) Bonjour !
Dites, j'avais encore une question à vous poser : qui a commencé cette guerre des mines ?
" Ce sont les Français. Les Français avec des petites charges. 25 kilos. Alors là, c'était essentiellement pour faire sauter des réseaux de barbelés. Mais très vite, comme le terrain s'y prêtait, on a été de plus en plus profond. Donc, les charges explosives de plus en plus importantes. Et la plus grosse mine qui a explosé ici à Vauquois, c'est une mine allemande, qui a explosé le 14 mai 1916, elle faisait à elle seule 60 tonnes d'explosifs,  je sais pas si vous vous imaginez, qui a complètement surpris les premières lignes françaises. Et ce jour là, il y a eu 108 victimes côté français ! "
Augustin : Et qui sont les mieux organisés dans cette guerre des mines ? Les Allemands ?
" Ah oui oui.... Ils faisaient les trois 8 : huit heures, ils creusaient les galeries, huit heures, ils étaient gardiens de tranchées, et huit heures ils dormaient au lit. Ca faisait des belles journées hein ! Côté allemand, il y avait 184 chambres. Hein... ils étaient en moyenne entre 10 et 12 par chambres. Voyez si vous faites le calcul, ils pouvaient tenir 2000 hommes sous terre ".
Finalement, ce sont les troupes américaines qui délivrent Vauquois le 26 septembre 1918.
Entièrement détruit, le village est reconstruit grâce à une souscription lancée à partir de juin 1919 par la ville d'Orléans. Nombre de ses habitants se sont battus ici. La souscription est relayée par la presse et permet de réunir 41 266 francs de l'époque. Une somme considérable !
En août, Vauquois devient la filleule d'Orléans
Aujourd'hui, la rue d'Orléans traverse le village en hommage à cette marraine.
Retour haut de page