La Grande Guerre sur le Front Occidental : Lens >

Conclusion

Version mobile
English

Conclusion

A part l'église St-Léger reconstruite à l'identique, il ne reste pratiquement plus rien de l'avant guerre à Lens et dans ses environs.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
A part l'église St-Léger reconstruite à l'identique, il ne reste pratiquement plus rien de l'avant guerre à Lens et dans ses environs.

Georges Bouchon : Cette guerre a été terrible ici en Artois. Notre ville est l'une des communes de France qui a le plus souffert. Je regarde parfois les cartes postales vendues après ce maudit conflit : on y voit des rues, des édifices, des quartiers entiers transformés en amas de décombres. Quel formidable courage il a fallu à la population pour tout reconstruire.
Augustin (sur sa moto en marche ) : J'ai vraiment appris beaucoup de choses ici. Cette région est attachante. Et cette ville de Lens, une ville martyre pendant la guerre. Si Lens a reçu la Croix de la Légion d'honneur et la Croix de guerre, elle le mérite. " Ville glorieuse " dit-on officiellement à l'époque. Au moment où je quitte cette ville, une phrase me revient, celle de Charles Bourgeois. Il était commissaire de police ici. C'est lui qui a quitté la ville le dernier en 1917. Au Sous préfet de Béthune, il a décrit dans un rapport les conditions de vie très difficile à Lens pendant l'occupation allemande. L'évacuation a été pénible aussi. Mais comme il l'a écrit : " nous étions sortis de la fournaise ".
Retour haut de page