La Grande Guerre autour de Béthune : entre front et arrière-front >

Haisnes, le cimetière de l'ADS Saint Mary

Version mobile
English

Haisnes, le cimetière de l'ADS Saint Mary

Quand les Anglais ont voulu lancer le Big Push

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Cimetière de l'ADS Saint Mary à Haisnes
Près de 2000 soldats britanniques reposent dans ce cimetière. Ils ont été tués lors de la bataille de Loos en Gohelle en septembre et octobre 1915.
Augustin :
Les Anglais l'appellent le Saint Mary's Advanced Dressing Station Cemetery. Le nom provient d'un poste avancé de premier soin qui était installé ici même. Maintenant je visualise bien les lieux de cette bataille. De l'autre côté de la route, il y a le village d'Haisnes qui était occupé par les Allemands depuis le début de la guerre. Et si je reprends ma carte des tranchées, ... et bien je me retrouve là où ces hommes se sont battus : il y avait la " Ninth Avenue " comme 9ème avenue... et la tranchée du " Bois Carré ". Les noms sont sympathiques mais la bataille a été terrible ! Depuis mon arrivée dans la région de Béthune, beaucoup d'anglais que j'ai croisés m'ont dit : " Avez vous été à Haisnes ? ". Les Britanniques sont très attachés à ce qui s'est passé ici.
En 1915, le Maréchal Français Joffre lance une attaque en Artois. Les Anglais y participent. Ils appellent ça le Big Push, la Grosse Poussée. Pour la première fois depuis le début de la guerre, comme les Allemands l'ont fait à Ypres en Belgique en avril 1915, les alliés utilisent du gaz contre l'ennemi.
Caroline :
Loos. La bataille de Loos. Quel terrible souvenir. C'était le ... 25 Septembre 1915. Les hommes ont attaqué les lignes allemandes au nord de Lens. Un sur 3 est mort. Je n'ai pas honte de dire que ça a été un échec pour nous.
Moi j'étais à Saint Mary où on donnait les premiers soins. Mais souvent, il n'y avait plus rien à faire malheureusement. En face, les mitrailleuses ne faisaient pas de cadeau. J'en ai vu arriver des blessés. Le pire, c'est que certains ont respiré les gaz qu'on a nous-mêmes lancés sur les Allemands. A cause du vent.
Parmi les 20 000 victimes britanniques de la bataille de Loos, un nom se distingue aujourd'hui encore, celui de John Kipling, le fils du célèbre écrivain Rudyard Kipling, auteur notamment du Livre de la Jungle. Son corps est enterré dans ce cimetière.
Augustin (qui marche dans le cimetière, à la recherche de la tombe) :
Lopin 7, c'est ici. rangée D j'y suis. Et ... la tombe numéro 2, la voilà.
" Lieutenant John Kipling aux Irish Guards, tué le 27 septembre 1915 à l'âge de 18 ans. "
18 ans.... A la naissance de John en 1897, son père a écrit la célèbre phrase : " Tu seras un homme mon fils ! ". Est ce qu'il avait imaginé à cette époque que son fils irait se battre en France ? Pourtant, John était très myope et son engagement dans les troupes britanniques a été plusieurs fois refusé. Mais son père a tout fait pour qu'il soit admis comme lieutenant dans les Irish Guards, un régiment d'élite irlandais,. Un destin terrible... !
J'ai retrouvé le poème que Kipling a écrit après la mort de son fils : My Boy Jack. Ça commence comme ça : " Have you news of my boy Jack? "Avez vous des nouvelles de mon fils Jack ". C'était ainsi que sa famille l'appelait.
Rudyard Kipling a cherché le corps de son fils jusqu'à sa mort, en 1936. C'est lui qui est à l'origine de l'inscription qui figure sur la tombe des soldats inconnus britanniques : " Known unto God ", " Connu de Dieu seul ", ainsi que la phrase " Leur nom vivra à jamais " qu'on retrouve inscrite dans les cimetières du Commonwealth.
Augustin :
Ruydyard Kipling n'a jamais retrouvé son fils. Mais d'autres ont enquêté très longtemps. Jusqu'en 1992. Avec les archives militaires et grâce à ses analyses ADN, les britanniques ont enfin identifié la tombe du lieutenant John Kipling. Il y a enfin une réponse au poème : Have you news of my boy Jack..."
Retour haut de page