La Grande Guerre sur le Front Occidental : les Ardennes et la Marne >

Massiges

Version mobile
English

Massiges

La Main de Massiges

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voix OFF - Augustin est maintenant dans la Marne, à Massiges. C'est ici que s'est déroulé un des plus long siège de la Grande Guerre. De 1914 à 1918, 48 mois pendant lesquels les allemands ont tenu là une position stratégique, sans que les français parviennent à les en déloger.
Augustin-off - Depuis le village aujourd'hui rebâti, il faut monter pendant un kilomètre sur une petite hauteur, et l'on arrive en surplomb d'un gigantesque terrain. Là, les tranchées que le temps et les cultivateurs avaient bouchées, ont été recreusées par les membres de l'association de la Main de Massiges. C'est immense ! J'ai l'impression d'entendre siffler les balles, à mes oreilles. Tiens, je crois que c'est Eric Marchal qui vient à ma rencontre, avec ses chaussures pleines de terre, pas de doute, il sort bien des tranchées !
Augustin - Bonjour ! Vous êtes Eric Marchal ? J'ai entendu parler de vous. C'est vous qui avez creusé tout ça ?! Pfiou, bravo quel travail ! Qu'est-ce qu'elles nous disent, alors, ces tranchées ?
Eric Marchal - Ce qui a été très intéressant pour nous, c'est que nous découvrons des tranchées du début de guerre. Ces tranchées nous montrent vraiment l'étroitesse et le peu de profondeur qu'elles comportaient, surtout du côté français - les allemands, eux, s'enterraient pour durer ; les français eux en aucun cas ne devaient prévoir de rester longtemps sur place. Les français ne bénéficiaient d'aucun confort, et là nous le retrouvons aujourd'hui sur le terrain, car bien évidemment pour les autres tranchées, plus la guerre va durer, plus les tranchées vont s'élargir, s'approfondir, des abris vont être construits pour améliorer le confort des soldats.
Augustin - Qu'est-ce qui explique que les positions se soient maintenues aussi longtemps à Massiges ?
Eric Marchal - La main de Massiges est une forteresse naturelle qui a la forme d'une main - en vue aérienne, le mouvement de terrain dessine les doigts d'une main. Les allemands s'y arrêtent dès septembre 1914, après la bataille de la Marne, et cette position dominante va devenir rapidement stratégique tant donné qu'elle donne des vues très importantes sur les positions françaises. Les français se heurtent aux soldats allemands sur les hauteurs de Massiges, et durant quatre ans vont se dérouler d'incessants combats pour dominer cette position importante.
Voix-off - Augustin sort de son sac le carnet de François Gindre, le photographe de guerre.
Augustin - Se pourrait-il qu'il soit venu là, lui-aussi ? Après tout, il est allé un peu partout sur le front... Bingo, c'est le cas !
François Gindre " Cela fait bientôt 4 ans que la Main nous résiste, mais cette semaine, les troupes américaines sont arrivées dans la région. Le village de Massiges est désert. Il a été évacué et détruit comme tous les villages se situant à portée de canons allemands ou français. Avant la grande offensive qui sera la dernière, avec un peu de chance, les soldats me demandent de les prendre en photo près de la statue de la Vierge, dans le cimetière. Je crois que c'est pour eux une sorte de rituel, de passer voir cette vierge, avant d'aller au feu. Est-ce que ça les protégera de se faire trouer la peau ? Pas sûr quand on voit l'impact de balle de fusil qu'elle porte sous le sein gauche...
Voix Off - Après quatre années de combats réguliers, les Français aidés des américains, délogent les Allemands de la main de Massiges en une seule journée. C'était le 26 septembre 1918.
Retour haut de page