La Grande Guerre sur le Front Occidental : les Ardennes et la Marne >

Courdemanges, le Mont Moret

Version mobile
English

Courdemanges, le Mont Moret

La première victoire des alliés

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Mont Moret
A Courdemanges, le monument aux morts rend surtout hommage aux soldats tombés autour du Mont Moret entre le 6 et le 9 septembre 1914 au moment de la première bataille de la Marne. En 4 jours, plus de 10 000 hommes, Français et Allemands sont tués. Mais après les désastres militaires français de l'été, les alliés connaissent ici leur première victoire.
François Gindre :
Le Mont Moret. C'est peut-être mon premier " bon " souvenir de la guerre. Enfin de bonnes nouvelles ! Le 10 septembre 1914, les journaux annoncent que les Allemands ont fait marche arrière au sud-ouest de Vitry-le-François. Le Mont Moret, ils y tenaient pourtant. C'était un point stratégique à 160 mètres d'altitude. Mais en face, nos soldats se sont battus. Ça a été sanglant.
Tiens, je viens de retrouver ce message du Colonel Aurousseau, le Commandant du 108ème Régiment d'Infanterie. Le 7 septembre 1914 quand il prend le Commandement de l'Arrière garde, il écrit ceci à ses supérieurs : (il lit)
" Je suis presque écrasé, le reste du régiment va subir le même sort si je ne suis pas plus soutenu par l'artillerie. Le bataillon Monjeau qui a beaucoup souffert, bousculé par des forces très supérieures, s'est replié ... Mon régiment souffre beaucoup du feu de l'artillerie, mais est calme et résiste. Je vous envoie 3 prisonniers, faible prise, mais nous en avons tué pas mal. Il y a énormément de blessés. "
Et dire que le Colonel meurt une semaine plus tard après avoir été blessé pendant le combat.
Augustin :
Le Mont Moret...M'y voilà. D'ici, tout est clair. Je comprends pourquoi les Français voulaient reprendre le Mont Moret. Le table d'orientation à côté du momument le montre : on domine tout ici. Aujourd'hui, on voit aussi ce qu'il reste de la bataille. Là, plus bas par exemple, ces trous provoqués par des obus à mon avis. Ils y sont toujours ! Et sur le chemin, j'ai trouvé ces petits morceaux de balles. Il faudra vérifier, mais ça ressemble à des munitions de la Grande Guerre.
Pas étonnant que Joffre ait choisi d'attaquer à cet endroit. C'était un terrain favorable à la défense, avec de nombreux cours d'eau, des forêts, des marécages. En les repoussant, les Français voulaient empêcher les Allemands de se diriger vers Paris. Il ne fallait pas qu'ils traversent la Marne à Frignicourt, le seul passage accessible aux matériels allemands dans la région.
En souvenir de la bataille du Mont Moret, quatre ans après la fin de la guerre, le 2 juillet 1922, André Maginot, le ministre de la guerre remet la Croix de Guerre aux communes touchées par ces combats : Courdemanges mais aussi Chatelraould-St-Louvent, Frignicourt, Glannes, Huiron et Vitry-le-François. La France reconnait ainsi officiellement les souffrances endurées et les dommages subis.
Retour haut de page