Canal de Brest à Nantes - de Pont Triffin à Gouarec >

Coat-Natous

Version mobile

Coat-Natous

Méditation forestière à Coat Natous :Combe, cascade et... miroir aux âmes.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Méditation forestière à Coat Natous :
Combe, cascade et... miroir aux âmes.
De tous temps, il y eut un gué ici. L'ancien pont est noyé sous le canal mais on franchit encore la chute de Coat Natous par une passerelle dominant la gorge et les pins...
Depuis toujours les hommes ont choisi de traverser le Doré, affluent du Blavet, juste avant qu'il ne se précipite vers le pied de la montagne. Doré, car les paillettes d'or s'y accumulent et rendent fous les chercheurs de fortune.
Une forêt escarpée entoure cette combe où la rivière prend son temps avant de dévaler la pente. Il y court encore le loup quand l'Aurore fait halte devant l'écluse, en 1895. Quelques bandits se cachent aussi dans le pays. Terrés dans des grottes et des abris, ils fondent sur les diligences et les charrettes des fermiers rentrant de la foire.
Guy de La Fontenelle et ses malfrats, au Moyen Age, puis Marion Du Faouët, la belle trousseuse de goussets, y sévissaient autrefois avec leur troupe de voleurs de grands chemins. Leur rire résonne encore dans les futaies.
Est-ce pour faire pencher le sort du bon côté de la chance que la chapelle de la Pitié fut installée ici ? A la pénombre de la forêt répondent les gargouilles, les peintures sur les poutres de bois, le sourire des madones et la lumière dans le courant. Pièces volées, galop des chevaux, prière au point du jour... La halte porte à rêver. Yann annonce :
Nous nous arrêterons ici ce midi ! Dételez la jument et amenez-là dans cette prairie.
Une fois l'Aurore accostée, Marthe libère les poules du bord et organise le repas :
J'irai avec vous visiter Intron Maria après manger, ce n'est pas tous les jours que nous passons à Coat Natous !
Je ne suis jamais venue... je crois ?
Si ! Je t'ai amenée ici quand tu étais bébé. Je me reposais près de la fontaine de la Clarté quand une Mam Goz est arrivée. Elle m'a donné une pomme et m'a raconté qu'une statue de la Vierge avait été cachée ici pendant la Révolution. On ne l'a jamais retrouvée mais les gens continuent de la prier, sûrs qu'elle les entend. La vieille pensait que la fontaine était enchantée. Elle jurait qu'on venait prier la source bien avant la naissance de la Vierge !
Yann se souvient :
C'est drôle ! L'autre fois, quand je suis allé à Rostrenen, le charretier m'a parlé d'une autre statue cachée... Tu sais, le buste de Notre-Dame, dans l'église du pays fisel, là haut, qui fait des miracles ? Et bien il aurait été trouvé dans les douves du vieux castel. Il faisait un froid de chien cet hiver-là et un rosier, dans le fossé, n'en finissait pas de fleurir. Un gars a creusé au pied de l'arbre : il a trouvé la statue. Comme neuve. Notre-Dame continue, depuis, à guérir les gens...
Le capitaine décide de piquer un somme tandis que Marthe et les enfants passent au-dessus de la double écluse, la seule du canal.
Pierrick frissonne en imaginant que tout à l'heure, le chalankou Naoned franchira les six portes de chênes... vers le Blavet. Le Finistère, son pays, s'éloigne encore. Les eaux sur lesquelles il naviguera, désormais, couleront vers l'Est.
Retour haut de page