La cité des Etoiles de Givors, une utopie réalisée >

Le château Saint-Gérald

Version mobile
English

Le château Saint-Gérald

Nous sommes au sommet de la colline Saint-Gérald. A quelques mètres des vestiges du château.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le château Saint-Gérald
Nous sommes au sommet de la colline Saint-Gérald. A quelques mètres des vestiges du château.
L'occasion pour nous de commencer par une petite devinette... combien d'étages pensez-vous avoir gravis ?
Six ? Sept ? Et bien, entre le théâtre du Vieux Givors, tout en bas, et ici, il y a en fait dix étages. C'est le niveau le plus haut du site.
Et pourtant ne me dites pas que vous êtes essoufflés..
L'impression n'est pas du tout la même que dans un immeuble classique...
Cela vient de ces escaliers publics, ces chemins communaux qui serpentent au milieu des étoiles, en pente douce...
De vrais espaces collectifs voulus par l'architecte Jean Renaudie, une nouvelle fois pour que la cité vive, et ne soit pas repliée sur elle-même.
Tout le monde peut donc accéder librement au sommet de la colline.
Pour rentrer chez eux, les habitants ont le choix: s'ils sont d'humeur flâneuse, ils peuvent se promener au milieu des pointes et des terrasses... S'ils sont pressés ou chargés, des ascenseurs et des escaliers traditionnels leur permettent d'accéder à leur logement.
Pour Jean Renaudie, ces espaces collectifs devaient devenir LEUR territoire. Voilà en substance, comment il se les imaginait.
Reconstitution
" J'espère que cet espace va se mettre à vivre. Parce qu'il y a des terrasses jardins qui donnent dessus, parce qu'il y a à la fois, des endroits abrités et des espaces qui ne le sont pas. J'espère que les gens vont se mettre à tendre des fils pour faire sécher le linge. Enfin que tout cet espace public, qui descend jusqu'à la rue, va être un endroit assez étonnant. Une ambiance que vont créer les habitants de l'immeuble, c'est à eux maintenant d'en faire ce qu'ils veulent et j'espère qu'ils en feront quelque chose d'intéressant ".
Ces escaliers publics relient donc l'urbain et le rural, la ville et la campagne, puisqu'à quelques mètres d'ici partent des sentiers pédestres en direction du Parc Naturel Régional du Pilat.
Une vraie bouffée d'oxygène sur le pas de sa porte. C'est ainsi, en tous cas, que le voit Jacqueline, une habitante de la cité des étoiles.
" Il suffit de sortir à ce niveau-là, de grimper et puis on est au milieu des vaches, au milieu des cerisiers, au milieu des fleurs, enfin dans la campagne quoi, on peut s'aérer une heure, courir ou marcher, respirer un peu et revenir faire son boulot chez soi ".
Admirez le paysage : vous êtes face à la vallée du Rhône, qui se heurte au massif du Pilat. Appréciez cette vue d'ensemble sur les étoiles. C'est ici que l'on se rend vraiment compte de l'ampleur du projet et des formes étoilées....
Vous voyez en bas, la forme de la Place de l'hôtel de ville ?
Elle est elle aussi en triangle.... Elle a changé de look en 2003. Un clin d'oeil aux étoiles toutes proches.
C'est aussi pour Givors un moyen d'affirmer une certaine fierté, au début des années 2000, d'avoir en son centre un patrimoine architectural si exceptionnel.
Pour écouter le prochain commentaire, redescendez par là où vous êtes montés, jusqu'à la table d'orientation. Là prenez les escaliers qui descendent sur la gauche. Vous allez rejoindre la rue St-Gerald, nous vous attendons devant le numéro 11.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page