Genève : Quartier des Tranchées >

La Promenade St-Antoine

Version mobile
English

La Promenade St-Antoine

Aux origines du quartier des Tranchées

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La Promenade Saint-Antoine.
Nous sommes sur l'un des bancs de la Promenade Saint-Antoine, assis à l'ombre des micocouliers, face au Musée d'Art et d'Histoire.
Vent dans les arbres
Le musée marque d'ailleurs ici le début du quartier des Tranchées, édifié au 19e siècle.
Le terme " tranchées " signifie " fossés " entourant les fortifications. Les remparts de la Genève historique se trouvaient juste devant nous, à la place du boulevard. Ils ont commencé à être détruits en 1849. Une destruction qui a duré des années.
Bruits de démolition
Christian Vellas est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire de la ville. Il nous raconte cet épisode.
La ville étouffait dans ses murailles : Genève a été créée surtout par l'afflux des réfugiés protestants qui sont venus surtout de France en plusieurs vagues. D'ailleurs, on a surélevé les immeubles de l'époque, de la vieille ville, mais finalement, après, on n'y arrivait plus. Donc, il fallait prendre une grande décision, qui a été pour beaucoup de Genevois un vrai crève coeur, parce que certains avaient peur justement de s'ouvrir à l'extérieur, et James Fazy, il a pu surmonter toutes ces réticences et on a commencé la démolition des fortifications, et ça a changé évidemment le visage de Genève, complètement, qui a pu s'ouvrir sur l'extérieur et respirer enfin.
James Fazy : c'est le père de la Genève moderne. Un brillant homme d'Etat, instigateur donc des changements radicaux de la ville au 19ème siècle.
On voulait donner de l'air à Genève ? Le Plateau des Tranchées, après la démolition des fortifications était une vaste zone à bâtir. Luxueux. Ici, les immeubles sont relativement peu élevés pour laisser passer davantage de lumière, les rues sont dessinées à angle droit.... et des promenades voient le jour. La promenade Saint-Antoine, où nous nous trouvons, a été bâtie sur un ancien fortin. En biais, à votre gauche, la promenade de l'Observatoire.
Sachez également qu'avant la démolition des fortifications, un important réseau de souterrains reliait les bastions les uns aux autres : plus de 6 km de galeries serpentent toujours sous nos pieds ! Un avantage stratégique lorsqu'il s'agissait de piéger l'ennemi. On pouvait ainsi contourner ses positions.
Musique : Franz Liszt, Rhapsodie hongroise n.2
Avant de quitter ce site regardez sur votre droite. Au bout de la promenade St-Antoine, se trouve l'immeuble dans lequel Franz Liszt a vécu de 1835 à 1836.
Le compositeur hongrois s'était réfugié à Genève pour vivre son idylle avec Marie d'Agoult, qui avait quitté mari et enfants. Ils auront une fille : Blandine. Une naissance que la société genevoise de l'époque voit d'un mauvais oeil, le couple étant adultérin. Il faudra l'intervention de James Fazy pour que l'enfant puisse être reconnue officiellement par Liszt !
Retour haut de page