Genève : Quartier de Plainpalais >

Le Mur des Réformateurs

Version mobile
English

Le Mur des Réformateurs

Calvin and Co : l'héritage protestant de Genève

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Mur des Réformateurs
Nous sommes dans le parc des Bastions devant le mur des Réformateurs, long de 100 mètres et construit contre les anciennes fortifications du 16e siècle.
Il montre de nombreux personnages, mais surtout quatre principaux au centre du mur : Farel, Calvin, de Bèze et Knox..
Les artisans de la Réforme protestante ?
Tout à fait. D'ailleurs la première pierre a été posée en 1909 le jour du 400ème anniversaire de la naissance de Calvin.
Calvin...J'ai un doute... Il était genevois ?
Non, Français. Mais c'est lui qui a institué la réforme à Genève à l'invitation de Guillaume Farel. La ville devient protestante en 1536, d'où la date à gauche du mur. Elle revient à la doctrine fondamentale du christianisme et rompt avec le catholicisme pour établir une Eglise plus rigoureuse. Voilà pour les très grandes lignes.
Isabelle Graesslé nous en dit plus. C'est la directrice du Musée de la Réforme.
Calvin va au fond donner cette réputation de la Genève comme la Rome protestante, de cette ville fortifiée qui va représenter un des aspects du protestantisme en Europe, mais c'est aussi Calvin qui va le plus internationaliser les idées protestantes.
D'ailleurs si vous regardez le mur, de part et d'autre des quatre théologiens vêtus de la robe de Genève, on voit d'autres personnages. Ce sont les " exportateurs " du calvinisme.
Au 16e siècle, la Réforme a pu se répandre dans toute l'Europe parce que non seulement il y a eu des théologiens pour penser les idées phares de cette réforme du christianisme, mais il y a eu aussi des politiciens, des hommes d'Etat pour adopter cette réforme pour leur territoire respectif, voire se battre comme par exemple pour la France, la figure politique qui a été choisie est une figure militaire : l'amiral de Coligny qui a essayé de défendre la réforme en France, qui s'est battu en France au 16e siècle.
Sachez d'ailleurs que la Bible de Genève, traduite en anglais par John Knox, est partie sur le Mayflower avec les pères pèlerins à la conquête de l'Amérique !
Mais le calvinisme, c'était une doctrine très dure, non ?
Oui. Beaucoup de Genevois l'associent à l'intransigeance. Mais Calvin a ouvert les portes de Genève aux protestants pourchassés en Europe. C'est aussi cela, son héritage : une certaine ouverture sur la souffrance d'autrui, qui a conduit à la création de la Croix Rouge par exemple.
Il y a encore tant de choses à décrypter ! " Post Tenebras Lux "...si mon latin est bon c'est donc " après les ténèbres, la lumière ".
oui c'est en quelque sorte la devise des Réformateurs.
Et " 1602 " ?
C'est l'Escalade : lorsque les Genevois, protestants et indépendants, ont repoussé l'assaut du très catholique duché de Savoie.
Cherchez également les noms des précurseurs de la Réforme, sur les gros blocs de pierre sur l'esplanade :
notamment celui de Marie Dentière, la première femme à avoir insufflé le vent du protestantisme à Genève, avant la Réforme.
Retour haut de page