Vallées des découvertes (Wallonie) >

Ligny, sur les traces de Napoléon

Version mobile
English Néerlandais

Ligny, sur les traces de Napoléon

Juste avant la défaite de Waterloo, c'est ici à Ligny que Napoléon va se battre. C'est ce qu'on appelle les 100 jours.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Ligny. Placez vous devant le Centre Général Gérard
Avant d'être un musée Napoléonien, cette ferme du 18ème siècle connaît une des grandes dates de l'Histoire. La grange a en effet probablement servi de poste de secours pendant la bataille de Ligny.
12 juin 1815. Après un an d'exil sur l'île d'Elbe, Napoléon Bonaparte est de retour en France.
Juste avant la défaite de Waterloo, c'est ici à Ligny que Napoléon va se battre. C'est ce qu'on appelle les 100 jours.
15 juin : Les Français viennent de repousser les Prussiens de Charleroi.
Les hommes de Blücher se replient ici, à Ligny. Un nouvel affrontement se prépare. 60 000 hommes derrière Napoléon face à 90 000 soldats prussiens.
Les Prussiens sont plus nombreux mais beaucoup moins motivés.
Philippe Lecomte, président du Syndicat d'Initiative de Ligny
Il faut savoir que les Français sont porteurs des idées de la Révolution et donc ils se battent pour leur patrie tandis que les Prussiens ... on est toujours dans des monarchies où se battre pour un duc, un comte, n'a pas beaucoup d'intérêt.
16 juin, midi
Napoléon est sur le champ de bataille autour du moulin de Fleurus. Le 3ème corps et la cavalerie sont avec lui. Un peu en retrait, la garde impériale se tient prête. Face aux Français, les Prussiens sont en mouvement vers les Anglais par la voie romaine.
15h00, la garde impériale tire trois coups à blanc.
C'est le signal du début de l'affrontement. Le combat au corps à corps est très violent. A la baïonnette. Et parfois aux mains. Un officier prussien raconte :
" Je n'ai jamais vu les Français aussi enragés. C'est comme si chacun d'entre eux avait un compte personnel à régler avec l'ennemi en face ".
18h00 : Napoléon s'inquiète. Sur la gauche, à 3 kilomètres, 30 000 hommes avancent. Qui sont ils ?
En face, Blücher, le vieux général prépare ses troupes pour un dernier assaut.
19h00 Napoléon est rassuré. Les troupes repérées sont françaises.
Celles de Drouet d'Arlon, détachées par le Général Ney. L'Empereur envoie alors sa garde en deux colonnes.
20h00 : il fait presque nuit sur Ligny. Les Français sont en train de remporter la bataille.
Le Général en chef des Prussiens, Blücher tombe de cheval mais échappe aux hommes de Napoléon.
Les Prussiens ont perdu. Napoléon rappelle ses troupes et s'apprête à passer la nuit à Fleurus.
Quelques jours plus tard, le ministre de la Guerre reçoit cette lettre signée de son Major Général :
En train d'écrire : Monsieur le Maréchal, on s'est battu avec acharnement. Nous étions un contre trois. L'ennemi s'est mis en déroute dans toutes les directions. Nous avons déjà plusieurs milliers de prisonniers. Notre perte ne me parait pas énorme, puisque, sans la connaître, je ne l'évalue pas à plus de trois mille hommes.
En fait, seuls 2000 Français sont morts dans la bataille. En face, 9000 soldats manquent à l'appel.
Et pourtant ce jour là, Napoléon a peut être perdu beaucoup plus selon Philippe Lecomte :
" Deux jours après, Napoléon se rend 20 kilomètres plus loin à Waterloo où il engagera la bataille avec les troupes de Wellington, ne sachant pas que les Prussiens avaient pu revenir sur Waterloo par le flanc. Se battre déjà comme ils se sont battus à Ligny et devoir se rebattre deux jours après contre des troupes fraiches, c'est évidemment très difficile.
Napoléon aurait-il dû aller plus loin ce 16 juin 1815 face aux Prussiens ? Depuis l'Ile Ste Hélène, l'Empereur a refait la bataille dans sa tête :
Ma plus grande erreur, c'est d'avoir couché à Fleurus, si j'étais arrivé la veille devant Wellington, les Prussiens n'auraient pas eu le temps de les rejoindre
Refaire la bataille. C'est ce qui se passe tous les ans à Ligny chaque dimanche du 1er week-end de juin.
Dès le samedi, les bivouacs s'installent. La bataille est jouée le soir même. Et le lendemain, les troupes défilent dans le village au son de la marche de Marengo.
Philippe Lecomte, président du Syndicat d'Initiative de Ligny :
Ce sont tous des passionnés qui se constituent un costume d'époque et viennent vivre deux jours sur un bivouac. Il y en a qui sont Français et qui ont un costume prussien. On a dépassé cette époque. On est quand même dans l'Europe et la grande Europe.
N'hésitez pas enfin à visiter le musée Napoléonien. Il est ouvert l'après midi, du jeudi au dimanche à partir du 1er avril et jusqu'au 30 octobre.
Merci de continuer votre viste. A bientôt
Retour haut de page