Vallées des découvertes (Wallonie) >

Gembloux, entre abbaye et coutellerie

Version mobile
English Néerlandais

Gembloux, entre abbaye et coutellerie

L'abbaye bénédictine a été fondée au 10ème siècle par St Guibert.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Gembloux, sur la place St Jean devant l'ancienne abbaye.
Cette abbaye bénédictine a été fondée au 10ème siècle par St Guibert. Mais ce que vous voyez devant vous est un édifice entièrement reconstruit dans la seconde partie du 18ème siècle.
" Le style architectural est typique de cette époque, c'est le style néo classique ".
Marc Pirotte, coordinateur de l'Office du Tourisme de Gembloux
L'abbaye a été reconstruite sous la direction d'un architecte réputé à l'époque dans nos contrées qui s'appelait Laurent Benoit Dewez. Une pureté de la ligne, la symétrie, un rappel à l'inspiration antique et lorsqu'on regarde le bâtiment, tous ces éléments apparaissent clairement.
La porte d'entrée est en brique et en pierre bleue et a été bâtie contre un rempart de la ville en partie détruit. Regardez maintenant l'arc au dessus du porche : une clé porte l'année 1759.
Et juste au dessus : le fronton triangulaire est orné de la clé de St Pierre et de l'épée de St Exupère. Ce sont les deux patrons de l'abbaye.
Le vrai patron du monastère, c'est l'abbé. Un homme très puissant à Gembloux. Depuis le milieu du 16ème siècle, il porte le titre d'abbé comte. Sous l'Ancien Régime, il est le vrai seigneur de ces terres avec des pouvoirs judiciaires, législatifs et exécutifs.
Voilà pourquoi, à la Révolution Française, les moines bénédictins sont chassés de l'Abbaye et qu'en 1860, l'Institut Supérieur Agricole s'y installe. A la première rentrée, 37 étudiants sont inscrits.
Aujourd'hui, Gembloux Agro Bio Tech, la Faculté des Sciences Agronomiques de l'Université de Liège accueille un millier d'élèves venus d'une quarantaine de pays. Elle est réputée dans le monde entier.
Sur la gauche, vous apercevez un beffroi. C'est tout ce qui reste de l'église Saint Sauveur, démolie vers 1810. Avec un peu de patience, vous entendrez son carillon.
L'autre spécialité de Gembloux, c'est la coutellerie.
A partir du milieu du 19ème siècle, la ville devient la capitale du couteau. En 1747, 8 maîtres couteliers sont recensés.
Ils ne choisissent pas cette ville par hasard. Mais pour profiter des nombreux moulins à roue verticale installés le long de la rivière l'Orneau, et en raison des franchises d'impôts accordées par l'abbaye.
Entre les deux guerres mondiales, la coutellerie vit son âge d'or à Gembloux. Elle fait travailler jusqu'à 3000 personnes.
Dans les années 50, ça j'ai quand même connu, ils restaient 2300 au travail en coutellerie.
Léon Depireux, le directeur de la dernière coutellerie à Gembloux.
60 % travaillaient en usine et 40 % travaillaient chez eux comme petits artisans. Les usines apportaient à l'artisan sa semaine de travail. C'était beaucoup de petits ateliers qui se situaient dans le fond du jardin par exemple. "
Mais avec l'indépendance du Congo en 1960, cette industrie perd de gros débouchés. C'est le début du déclin.
Aujourd'hui, la production haut de gamme peut encore faire face à la concurrence des pays en voie de développement.
A ce propos ... comment fabrique t-on un beau couteau ?
Pour faire un beau couteau, disons sur la semaine, ceux qui font tout manuellement en font deux, trois. Ce sont des barres d'acier choisies par le fabricant. Il estampe, c'est à dire il chauffe la barre au rouge et l'aplatit soit au marteau, soit avec des petites presses pour donner la forme à la lame. Puis on va à l'aiguisage, au trempage, et la finition. "
Reste maintenant à trouver dans le commerce ces très beaux couteaux fabriqués à Gembloux. Et là, méfiez vous des imitations :
" Pour commencer, sur un couteau, il faut qu'il y ait le nom du fabricant. Si on met " Gembloux " sur un couteau, ça ne veut rien dire. Il faut que le fabricant, comme gage de qualité, mette son nom. Alors là, vous êtes déjà certain d'avoir quelque chose de convenable. "
Avant de partir, n'oubliez pas non plus que si vous offrez un couteau à un ami, celui-ci doit à tout prix vous donner une pièce de monnaie en échange. Sinon l'amitié sera coupée...
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page