Bords de Garonne >

Château de Malromé

Version mobile
English

Château de Malromé

Imaginons Toulouse-Lautrec attablé au Moulin-Rouge, le célèbre cabaret de Montmartre.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans la cour du château de Malromé .
Imaginons Toulouse-Lautrec attablé au Moulin-Rouge, le célèbre cabaret de Montmartre. Avec la Goulue, la grande danseuse de French Cancan, il se rappelle son enfance
La Goulue : Tu sais, Toulouse, si t'avais pas été infirme à l'adolescence, et ben t'aurais jamais peint !
Lautrec : Tu ne crois pas si bien dire la Goulue, j'aurais été propriétaire terrien au château de Malromé que ma mère Adèle a acheté...
Elle : Madame la Comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec, excusez du peu !
Lui : Arrête de te moquer. Ma mère Adèle a voulu ce château en 1883 pour aller en pèlerinage à Verdelais !
Elle : Et toi Toulouse qu'est-ce que tu faisais pendant qu'elle priait ?
Lui : Je ramais et je tirais à l'arc avec des engins que m'offrait mon père. Et je peignais aussi sans relâche avec déjà le souci de " faire vrai et non idéal " !
Elle : Mon Toulouse, tu es le premier artiste à avoir conçu un art de la rue pour le grand public. Et la postérité se souviendra de ton génie, crois-moi !
La Goulue a raison. Tout le monde au premier coup d'oeil reconnaît un tableau, un dessin ou une affiche d'Henri de Toulouse-lautrec.
Cet homme si petit par la taille mais géant par le talent, a fini ses jours à 37 ans dans son cher château de Malromé !
Charles Traonouez , directeur du château de Malromé , nous reçoit dans la cuisine où flotte encore l'esprit de l'artiste et aussi celui d'une petite souris
" Nous sommes ici dans la cuisine où Lautrec a sévi sur le plan culinaire puisque c'était un artiste complet qui prolongeait les arts de la peinture au niveau de la table également. Et qui nous a laissé à titre posthume un ouvrage de cuisine qui s'appelle Le grand livre de cuisine de Toulouse-Lautrec , un ouvrage de 195 pages comportant des recettes aussi originales que le Boeuf à la Malromé et la Mayonnaise au chocolat de Toulouse-lautrec. Il faut savoir que la cuisine était un laboratoire pour lui qui lui permettait de réaliser toutes sortes d'expériences culinaires, forcément flambées parce qu'il fallait que ce soit alcoolisé, haut en couleur, etc. Et une gouvernante du château qu'il surnommait affectueusement La petite souris empoisonnée s'occupait, avait pour tâche, de lui confisquer tous ses flacons qui pouvaient mettre sa santé en péril. "
Malromé , est aussi un grand domaine vinicole comme le confie Charles Traonouez
Ce qui est paradoxal dans l'histoire de Malromé , c'est que la notoriété de Lautrec a écrasé la réputation viticole de la propriété. Pour autant, Malromé reste à ce jour une des plus vieilles propriétés viticoles de Gironde encore en activité car fondée au 16 e siècle. Nous exploitons encore à ce jour toutes les terres d'origine. Cette tradition fait que dans notre travail, nous sommes très exigeants au niveau du respect des pratiques traditionnelles bordelaises ainsi que du respect de l'environnement avec l'emploi de produits biologiques, travaux de sol, élevage en barrique traditionnelle.
Soudain, le Maître de Chai du château, entre dans la cuisine avec une bouteille de la Cuvée Comtesse Adèle 2005. Il nous invite à la dégustation.
La Cuvée Comtesse Adèle 2005 est une cuvée haut de gamme pour les vins rouges de Malromé . Christophe Veyssière , le maître de chai, remplit nos verres ...
Le millésime 2005 a une couleur soutenue, qui montre une bonne extraction au moment de la vinification. Au nez, nous retrouvons des arômes cuits, confits, de kirsh , un peu griottes qui montrent que la maturité était bien là au moment de la récolte. Au second nez, des arômes fondus de chêne qui vienne se mêler donc aux arômes de fruit et en bouche. (il goûte) Une attaque souple, des tanins soyeux qui montrent que l'extraction a été bien menée et que la qualité des raisins à la vigne se retrouve dans le verre.
Ce vin d'exception accompagne à la perfection le fameux Boeuf à la Malromé , inventé par Toulouse-Lautrec !
Retour haut de page