Fougères >

Le quartier médiéval

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Le quartier médiéval

Le quartier Saint Sulpice est le premier bourg urbain au pied du premier château de Fougères.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au lavoir de la rue des Vallées au bord de la rivière Nançon...
B. O. La reine Margot Ruda Neruda oe plage 6 oe air entraînant d'humeur médiévale
Au l'époque médiévale, le quartier Saint Sulpice où nous nous trouvons est le premier bourg urbain au pied du premier château de Fougères. Au fil des transformations de la cité, il se retrouve hors des remparts, mais reste un quartier artisanal particulièrement animé.
A deux pas d'ici, la place du Marchix accueille à l'époque l'Aumaillerie où l'on vend des vaches appelées aussi bêtes aumailles.
Beuglement de vache
Mais c'est surtout la rivière Nançon qui favorise le développement de ce quartier, grâce à l'installation de nombreux moulins.
B. O. La reine Margot Rondinella - plage 2 oe à partir de la musique
On remonte le temps ensemble jusqu'au moyen Age ?... Le quartier grouille de monde et d'activité. Les tanneurs utilisent des moulins pour broyer l'écorce de chêne appelée tan, qui sert à traiter toutes sortes de peaux : mouton, veau, lapin, renard, loup, marte, fouine, loutre et même... chat sauvage !
Mais le travail du cuir pollue la rivière et dégage une odeur nauséabonde !
Eau de rivière qui coule
De leurs côtés, les moulins à foulon battent et pressent les toiles des drapiers car Fougères est réputée pour ses textiles. Grâce au savoir-faire de nombreux teinturiers, les étoffes rouges de la cité sont alors réputées dans toute l'Europe et même au-delà !
La rivière Nançon est généreuse car elle permet aussi l'installation de moulins à papier à la fin du Moyen-Âge.
Un fougerais (très fier) : Le cuir, la teinturerie, la fabrication des toiles et du papier, c'est une affaire d'homme !
Une fougeraise (un brin ironique) : Et les femmes, elles, vont à la rivière... pour y laver le linge !
Eau de rivière qui coule
L'eau qui chante grâce aux roues des Moulins et aux gestes des lavandières... voilà ce que voit le dessinateur Albert Robida à la fin du 19e siècle. Fougères l'inspire aussitôt :
Water music Haendel
Ce quartier pittoresque est égayé par le tapage des moulins et le caquet des lavandières ; sur une petite rivière de grandes roues tournent, des moulins compliqués s'étalent avec des toits étranges, des auvents, des lucarnes, des bâtiments surajoutés, des cahutes et des barrages, des retenues, des vannes et de vieux murs de jardins oe et des maisons posées n'importe comment, des escaliers descendant à la rivière, des planches posées sur des pierres, des petits lavoirs de côté et d'autres...
Mais qui est Albert Robida ?
C'est un excellent dessinateur qui se passionne pour l'architecture médiévale. Grand admirateur de Viollet le Duc qui restaure Notre Dame de Paris et d'autres monuments du Moyen-âge, Albert Robida aime découvrir les villes anciennes, les vieux châteaux et les églises gothiques.
Dans son livre La Vieille France-Bretagne, il dessine les monuments de Fougères et consacre de nombreuses pages à la description minutieuse de la ville et surtout du quartier où nous sommes.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page