Fougères >

La place Aristide Briand

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

La place Aristide Briand

Cette place avec ses terrasses de cafés, ses fontaines et ses commerces est le véritable coeur de Fougères.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes place Aristide Briand, vous pouvez vous asseoir sur les bancs près de la cabine téléphonique...
Cette place avec ses terrasses de cafés, ses fontaines et ses commerces est le véritable coeur de Fougères. Et ses statues ont des histoires à raconter...
B. O. Barry Lyndon Lilliberluro - plage 12 - musique militaire royale
Regardez sur votre gauche. Vous voyez la statue de bronze créée par Jean Fréour ? Qui représente-t-elle ?...
C'est Armand Tuffin, le Marquis de la Rouûrie ! Il est prêt à dégainer son épée en face de l'hôtel de la Bélinaye, là où il est né au milieu du 18e siècle. L'historien Lenôtre dépeint ce personnage hors du commun :
Lenôtre : Etrange figure aussi attachante par son originalité qu'elle est séductrice par sa fougueuse et sincère allure, royaliste et fanatique, fidèle ami, âme tendre, tête folle, jetant sa bourse au vent, son coeur aux femmes, sa vie à tout !
Mais le marquis désire rajouter quelque chose :
Le Marquis de la Rouûrie : Après une jeunesse turbulente, je prends part à la Guerre d'Indépendance américaine sous le nom de Colonel Armand. Et sous la Révolution française, je décide de créer une association contre-révolutionnaire. Imaginez-moi courir de châteaux en châteaux, rallier les nobles à ma cause, et enrôler les hommes à tour de bras ! Hélas, ma conspiration royaliste échoue et je dois m'enfuir pour échapper aux autorités républicaines. Traqué, épuisé, trahi, j'apprends la mort de Louis 16 et je meurs quelques jours après lui. Mais mon destin tumultueux ne s'arrête pas là car des révolutionnaires fanatiques me déterrent et me coupe la tête... comme le roi !
Le Ah, ça ira ! révolutionnaire clôt monologue du Marquis
Regardez à présent en face vous...
Après la première guerre mondiale, chaque ville et village érigent un monument aux morts.
Musique celtique
Celui que vous voyez est l'oeuvre du sculpteur breton Jean-Armel Beaufils. Cet artiste crée là une oeuvre originale, à la fois ancrée dans l'histoire locale et montrant une image universelle du deuil.
La Bretagne est à l'honneur puisque la pièce centrale de la sculpture est un... menhir de granit ! Autour de lui, deux figures de bronze.
D'un côté une femme, mère ou veuve. Elle tend une couronne de lauriers en hommage aux soldats morts au combat.
De l'autre côté, un jeune garçon. Il porte le tablier des apprentis cordonniers, un hommage à l'industrie de la chaussure à Fougères. Dans sa main gauche, un petit chapeau breton. Mais qu'écrit-il ?
Voix féminine : A mes aînés qui ont combattu pour moi.
La musique celtique reprend...
Après des études à l'Ecole des Beaux Arts de Paris, Jean-Armel Beaufils partage sa vie entre la capitale et la Bretagne qui sera toujours pour lui source d'inspiration. Il réalise de nombreuses sculptures dont sept monuments aux morts et déclare à propos de ses oeuvres :
Jean-Armel Beaufils : Un monument public doit être en harmonie et faire corps avec la ville qu'il orne, s'apparenter avec la nature et le caractère du pays.
Celui que vous voyez en est la plus belle preuve !
Avancez jusqu'à la fontaine que vous voyez sur votre droite et regardez dans la même direction. Vous voyez la place où trône une statue équestre ?
B. O. Barry Lyndon Lilliberluro - plage 12 oe musique militaire royale
Elle représente Jean-Antoine Baston, comte de Lariboisière et général dans l'armée Napoléonienne. Sa statue originale est fondue par les occupants pendant la seconde guerre mondiale. Un moulage ayant été conservé, le sculpteur Louis Derbré peut en réaliser une copie à la fin du 20e siècle.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page