Forêt de Fontainebleau et gorges de Franchard >

Le Chêne de la route de l'Ermitage

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le Chêne de la route de l'Ermitage

De l'autre côté de la route de la Roche qui Pleure, commence le plateau calcaire. La forêt y est plus dense et le sous-bois plus sombre.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Chêne de la route de l'Ermitage
A gauche, de l'autre côté de la route de la Roche qui Pleure, commence le plateau calcaire. La forêt y est plus dense et le sous-bois plus sombre.
< Contrairement au sable qui donne des sols perméables, secs, pauvres et à tendance acide qui ne favorisent pas la végétation, le calcaire, lui, procure du calcium et autres sels minéraux. La décomposition du calcaire libère aussi de l'argile qui retient mieux l'eau. Ces sols à tendance basique sont de meilleurs supports pour les arbres, ils portent les plus belles futaies. En revanche, les vallées, remblayées de sable et de cailloutis sont très sèches. La forêt y est claire, mais recèle un riche cortège de plantes herbacées. >
Observez ce contraste en suivant la route de l'Ermitage, celle qui part à droite. Sur votre droite, la zone sableuse est parsemée de rochers avec des pins, des bouleaux et des hêtres dispersés. Sur votre gauche, la forêt est plus sombre, avec des chênes, des hêtres, des charmes et un beau tapis herbacé au sol.
< La diversité des sols et leur orientation selon les pentes nord et sud donnent une multitude d'écosystèmes différents. Ils font la variété des paysages et la richesse écologique de ce massif. On y recense plus de 5685 espèces végétales et 6600 espèces animales, dont 5600 pour les seuls insectes. >
< La forêt abrite également de grands mammifères : des chevreuils, des biches, des cerfs (environ 6 à 700 individus), et des sangliers (plusieurs centaines) qui laissent, en fouillant le sol, des traces, les fouilles, que vous pourrez observer en vous promenant.
Monsieur Perraud vous parle des populations d'animaux sauvages : >
Alors les grands animaux de la forêt (cerf, chevreuil, sanglier...) se multiplient car ils n'ont plus de prédateurs, donc les forestiers sont obligés de faire de la chasse pour essayer de maintenir un chiffre à peu près stable. [groupe 4]Alors depuis la tempête de 99, les populations avaient plutôt augmenté mais à force de les chasser, on a réussi à peu près à stabiliser les populations. [groupe 5]Ce qui a changé depuis 1999, c'est que les animaux se sont dispersés et se sont rapprochés des villages car les bois privés n'ont pas été nettoyés et donc elles y trouvent de très bonnes cachettes. [groupe 6]
Retour haut de page