Forêt de Fontainebleau et gorges de Franchard >

Le Chêne brûlé

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le Chêne brûlé

Il existe très peu de forêts naturelles ou primaires en Europe.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Il existe très peu de forêts naturelles ou primaires en Europe.
Pendant des milliers d'années, le bois a été la seule source d'énergie et toutes les forêts ont subi des coupes intenses. A Fontainebleau, on coupait les arbres tous les 30 à 40 ans.
Dès le XVIIème siècle cependant, le roi souhaite faire de la forêt un décor pour le palais et conserver de très vieux arbres dans les zones rocheuses.

Ecoutez monsieur Perraud :
Ces réserves étaient d'abord esthétiques et les forestiers se réservaient le droit de couper les arbres morts. [groupe 7]
Franchard, avec sa mare, ses rochers, ses ruines et ses futaies en fait partie.
Dans le Circuit des Peintres, à Barbizon, que vous pourrez parcourir aujourd'hui ou un autre jour, une plaque rappelle cette initiative.
En 1948, pour des raisons scientifiques, apparaissent des réserves biologiques, avec la création de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.
Monsieur Perraud nous explique pourquoi :
Alors cela vient du fait de la guerre en 44 et 45, on a coupé beaucoup d'arbres morts dans les réserves artistiques, ce qui a provoqué un certain mécontentement et donc, le statut a changé : d'artistique on est passé à biologique, c'est-à-dire que pour des raisons scientifiques, on garde tous les arbres, y compris les arbres morts pour y étudier les insectes, les champignons et toute la décomposition végétale. [groupe 8]

Pour des raisons de sécurité, le public n'est donc plus autorisé à y pénétrer. Seuls des scientifiques peuvent y mener des études.
Observez comment, dans cette réserve, le hêtre remplace progressivement le chêne et comme le houx devient abondant. Ces plantes sont en effet bien adaptées à la pénombre qui règne dans une forêt sans intervention.
Retour haut de page