Fontainebleau >

Place Napoléon Bonaparte

Version mobile
Espagnol English Japonais

Place Napoléon Bonaparte

Terrasses de café, carroussel 1900 et cures de jus de raisin !!

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Pour créer cette place, Napoléon III a restitué à la ville une partie du Jardin de Diane qui s'était agrandi, sous le règne précédent, aux dépens d'un îlot urbain.
L'Empereur en a profité pour ménager une petite place d'agrément.
Elle a porté différents noms, officiels ou familiers : Place Napoléon III, Place Denecourt, Place du Taureau, à cause d'une statue en bronze due à l'artiste peintre animalier Rosa Bonheur. >
Ce taureau n'existe plus qu'en carte postale. Il a été fondu par les Allemands, comme la plupart des statues en bronze, pour fabriquer des armes.
Quant à l'atelier de Rosa Bonheur, le circuit audioguidé de Thomery vous y conduira, si vous le souhaitez.
>
Mais sachez que cette place a joué, entre les deux guerres, un rôle tout à fait surprenant, dont vous parle Monsieur Michel Couvé, spécialiste de la Treille du Roy et auteur de livres sur Fontainebleau :
Eh bien, la cure uvale a été créée à Fontainebleau en 1930. C'était une des premières de France. Un kiosque sur la place proposait des dégustations de jus de raisin non fermenté à partir du raisin de Thomery. [groupe 26]
Votre visite de Thomery vous emmènera, le long des murs, à la découverte de l'histoire du raisin dans la région.
Oh les les médecins même y associaient des quantités de qualités et euh on aurait presque dit euh le tout et le contraire : si vous étiez anémié, fallait boire du jus de raisin, et si vous étiez aussi un peu gros, cela ne pouvait faire que du bien. [groupe 26]
Mais pourquoi du raisin à Fontainebleau ?
Eh bien, la treille cultivée sur les 1200 mètres du mur du parc fournissait un très beau raisin, du chasselas principalement. La récolte était réservée à l'origine à la table du roi, c'est pourquoi on l'appelait " le gobelet du roi ", puis de l'empereur, Napoléon III en particulier en était très friand. Il s'en faisait livrer presque tous les jours, où qu'il se trouve, même à Biarritz. A partir de 1848, le chasselas a fait chaque année l'objet de ventes aux enchères célèbres dans le château et en vous promenant dans le parc, vous pouvez voir encore sur les murs les traces de la culture du raisin et une petite plantation qui en maintient le souvenir. [groupe 29]
Continuez votre chemin et arrêtez vous devant le Grand Hôtel de l'Aigle Noir.
Retour haut de page