Falaën >

Le château Ferme

Version mobile
English Néerlandais

Le château Ferme

La construction du château-ferme remonte à la fin du 17ème siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La construction du château-ferme remonte à la fin du 17ème siècle. A l'époque, la région est le théâtre d'incessantes invasions et luttes de pouvoir.
En témoigne cet imposant édifice construit en briques et moellons calcaires : conçu en forme de quadrilatère, il est, dans un but défensif, flanqué de quatre tours d'angles. A l'origine, il est même entouré de douves. On y accède alors par un pont-levis, au niveau du porche.
Aujourd'hui classé monument historique, le château-ferme abrite une exploitation agricole. On l'aperçoit sur notre gauche, lorsqu'on pénètre dans la cour.
A droite se trouve l'ancienne partie logis, remaniée au 18ème siècle pour en accroître le confort. Il s'agit aujourd'hui du siège de la confrérie gastronomique Li Crochon.
Vous vous demandez ce que signifie ce nom ? Eh bien, écoutez les explications de Jean Elleboudt, président du syndicat d'initiative et membre de la confrérie.
Le crochon, ça vient du patois : crochon = croûton, première ou dernière croûte du pain. On associe à ça l'histoire des journaliers, qui partaient travailler au bois ou aux champs et qui avaient gardé dans leur musette de la veille un morceau de pain, un morceau de fromage et un morceau de lard. A midi, on faisait un feu pour se réchauffer et peut-être pour réchauffer son petit dîner. On enfilait sur une baguette qu'on avait ramassée dans la forêt son morceau de jambon, son morceau de lard, son fromage et son pain. La confrérie a transformé ça en une spécialité qu'elle défend, le petit pain Li Crochon, un petit pain picolo, évidé, dans lequel on met une pâte de fromage du Chertain, un fromage régional, de petits dés de jambon, de la crème fraîche, tous produits régionaux et produits du terroir, un assaisonnement secret, on passe ça au four et on sert ça avec une cuvée Li Crochon, brune ou blonde.
Pour goûter cette spécialité, rien de tel que de participer à la fête du château-ferme, le premier week-end de juillet. Il s'y déroule le tournoi du plus gros mangeur de crochons. Avis aux gourmands !
Bien. Si vous jetez un oeil par la fenêtre à la salle principale, au rez-de-chaussée, vous apercevrez un héron empaillé. C'est le symbole de la confrérie, choisi en référence à la héronnière, un lieu dit de Falaûn. C'est devant cet oiseau qu'au moment de l'intronisation, les membres prêtent serment.
Je me soumets avec plaisir
Toujours chez moi Crochon il y a aura
Arrosé d'une bonne cuvée
Car je sais boire, manger et chanter
Pour la bonne renommée d'Onhaye.
Au grenier se trouve le musée des confréries de Belgique. On peut y découvrir, chaque week-end, les costumes d'environ 80 d'entre elles.
A présent, observez le poteau qui se dresse dans la cour. Vous savez ce que c'est ? Mais oui, un pilori.
A l'époque féodale, il était installé dans une prairie, non loin d'ici, et servait à rendre la justice.
Pour poursuivre la visite, rendez-vous devant l'ancienne école des filles.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page