Falaën >

L'ancienne Forge

Version mobile
English Néerlandais

L'ancienne Forge

Longtemps, jusque dans les années 1960, la forge est en quelque sorte le coeur du village.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Longtemps, jusque dans les années 1960, la forge est en quelque sorte le coeur du village.
Parce qu'à l'intérieur, la chaleur est étouffante, la porte de l'atelier est toujours ouverte sur la rue. Alors, forcément, cela aiguise la curiosité des passants. Les enfants, en particulier, sont toujours fascinés par le fer rougi, prêt à épouser docilement la forme qu'entend lui donner le forgeron, vêtu d'un long tablier en cuir.
Tout Falaûn a recours à ses services que ce soit pour ferrer un cheval ou pour réparer des pièces de charrue. Le forgeron travaille aussi de concert avec le charron, qui fabrique ses charrettes dans le bâtiment de brique situé dans votre dos.
Regardez maintenant devant vous, sur le devant-de-porte, à vos pieds. La pierre circulaire que vous voyez n'est autre qu'une pierre à cercler. Vous voulez savoir quel était son usage ? Ecoutez les explications de Francis Igot, habitant de Falaûn :
On emmenait la jante sur la pierre. On mettait le moyeu dans le trou au centre de la pierre. Et alors, on sortait du four le cerclage qui était bouillant, brûlant, qu'avait chauffé sur le charbon. On l'amenait sur le bord de la jante en bois, et alors, à plusieurs hommes, il chassaient ce cerclage jusqu'à fond, pour qu'il soit bien régulier tout le tour. On arrosait très vite avec de l'eau, autrement le bois s'enflammait. Et alors, du fait qu'on refroidissait, vous savez bien comme tout le monde que l'acier refroidi rétrécit, tout était recoincé et c'était alors tout à fait impossible d'encore enlever le cerclage.
Ce travail est donc extrêmement physique. Et pourtant, cercler une roue d'un diamètre pouvant atteindre les deux mètres, ce n'est rien, en comparaison avec le transport et l'installation de cette fameuse pierre à cercler... Pour cette expédition, il a fallu le concours de plusieurs hommes du village, comme le raconte Francis Igot.
Ils sont partis de Falaûn pour aller aux carrières de Soul, à 17 kilomètres d'ici. Et alors le chariot, il était pas adapté pour charger une pierre de 5 tonnes et demie, un mètre d'épaisseur à la pointe, parce qu'elle est conique. Elle est tombée deux fois du chariot. Ce que je ne sais pas vous expliquer, c'est comment on l'a rechargée. Là, je ne sais pas, je n'y étais pas. (Rires)
Autre outil essentiel du forgeron, ce que l'on appelle le travail. Il s'agit d'un assemblage de poutres en bois, dans lequel on installe le cheval pour bloquer ses pattes et les ferrer. A l'époque, ce travail est souvent détourné de son usage, par exemple lorsqu'une vache se blesse à la patte. On installe alors la bête à la place du cheval et on immobilise le membre pour mieux le désinfecter après avoir ôté le corps étranger.
Autrement dit, la forge était aussi un peu un cabinet de vétérinaire... C'est aussi ça, être le coeur du village.
Bien, dirigeons nous désormais en direction du panorama, notre dernière étape..
Merci de continuer votre visite
Retour haut de page