Le Couvent de la Tourette à Eveux, une utopie réalisée >

Un couvent dominicain à la campagne / GENESE D'UN PROJET

Version mobile
English

Un couvent dominicain à la campagne / GENESE D'UN PROJET

Nous sommes à quelques mètres du couvent de la Tourette.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Un couvent dominicain à la campagne
Nous sommes à quelques mètres du couvent de la Tourette. Juste devant vous, l'Eglise, cet imposant bâtiment de béton, surmonté d'une croix. Mais commençons par le commencement avec le choix de ce nom : la Tourette
C'est le nom que porte aussi le château en contrebas......
Oui, il date du XVIIIe siècle. A l'époque, il trône au milieu de la propriété de Marc-Antoine Claret de La Tourette. Il aménage son domaine en zone d'expérimentation botanique... Il y plante de nouvelles essences.
Donc les arbres ont été plantés il y a plus de 150 ans ?

Oui, près du château vous verrez notamment des cèdres et des séquoias mis en terre à l'époque. Et ce domaine de la Tourette est vendu en 1943 à la province dominicaine. C'est ainsi que, dès l'installation provisoire des frères dans le château, le site devient " le couvent Sainte-Marie de la Tourette ".
Et pourquoi les Dominicains ont-ils retenu ce site en particulier pour y construire un couvent d'étude ? D'ordinaire les couvents dominicains sont plutôt situés au coeur des villes, non ? Pour entretenir des relations étroites avec le monde universitaire...
C'est exact ! Mais en 1903, la loi sur les congrégations a expulsé les religieux hors de France ; ils ont du s'installer à l'étranger, souvent à la campagne est c'est ainsi qu'est né un autre système de formation, appelé studium. Lorsque les frères ont pu rentrer en France, dans les années 30, ils ont gardé cette pratique. Ici, à Eveux, on reste proche de Lyon, et de son pôle universitaire et culturel.
C'est vrai que l'enseignement est primordial pour les religieux de cet ordre.... Car en restant informés et formés, ils restent en prise avec la société contemporaine.
Bon, abordons à présent la question qui me brule les lèvres depuis notre arrivée : pourquoi avoir choisi le Corbusier comme architecte ? C'est quand même inattendu !!!!
Et bien, comme on le disait à l'instant, les Dominicains s'inscrivent profondément dans la société dans laquelle ils évoluent. Dans les années cinquante, pour faire face à la crise des vocations, ils font le pari de l'architecture moderne. Pour eux il est important d'accorder l'esthétique et la foi, et de rompre avec plusieurs décennies de conservatisme...
Le frère Alain Riou vit dans le couvent, il nous en dit plus...
Ça se situait dans une tradition disons humaniste de l'ordre d'avoir cette collaboration avec des artistes au service d'une vie religieuse.
C'est le père Couturier qui a l'idée de faire appel à Le Corbusier. Peintre verrier, le père Couturier est l'un des directeurs de la revue " l'Art Sacré ". C'est sous son impulsion que l'art religieux va prendre le tournant de la modernité, et finir par être entériné dans le Concile Vatican II. Selon lui, Le Corbusier est " le plus grand architecte vivant, mais aussi celui en qui le sens spontané du sacré est le plus authentique et le plus fort. "
Il y a eu une première réaction de surprise parce qu'il était connu pour des oeuvres assez originales à l'époque et d'autre part il était aussi connu pour être agnostique, (...) la réponse du père Couturier, a été : " écoutez, depuis au moins un siècle ou deux, il n'y a pas d'architecture religieuse intéressante et il nous faut demander à un bon architecte, lui donner de bonnes instructions et il nous fera un bon bâtiment ".
Un avis partagé par le révérend père Belaud, le maître d'ouvrage délégué :
Reconstitution
" Il était nécessaire de montrer que la prière et la vie religieuse ne sont pas liées à des formes conventionnelles, et qu'un accord peut s'établir entre elles et l'architecture la plus moderne à condition que celle-ci soit capable de dépassement ".
Pour résumer, disons que les Dominicains ont préféré un architecte non croyant mais avec beaucoup de talent, plutôt qu'un architecte pieux ... tout court.
Pour écouter notre prochain commentaire, et savoir pourquoi le Corbusier a accepté cette commande, vous pouvez rester au même endroit, ou vous promener dans l'allée devant vous.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page