Les 20 ans des Etonnants Voyageurs >

Nicolas Bouvier (théâtre Chateaubriand)

Version mobile

Nicolas Bouvier (théâtre Chateaubriand)

Des Mémoires d'Outre-tombe aux aller et venues sur le globe d'un simple "postier" ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au théâtre Châteaubriand, François-René de Châteaubriand, l'un des noms les plus illustres personnages de Saint-Malo.l'auteur des mémoires d'outre tombe) naît ici en 1768, dans l'ancienne rue des juifs, qui aujourd'hui porte son nom.Et c'est dans la ville que le chantre du romantisme repose en paix, face à la mer, sur le rocher du Grand Bé, accessible à pied à marée basse.
Je propose de supprimer la mention de la rue ça pourrait donner
l'auteur des mémoires d'outre tombe naît ici en 1768, et repose à présent face à la mer, sur le rocher du Grand Bé.
Mais il sera ici question d'un autre voyageur infatigable, le Suisse Nicolas Bouvier.
Ce fils de bibliothécaire aborde avec une humilité sans pareille ses allées-et-venues sur le globe et la rédaction l'écriture de ses nombreux ouvrages.
A l'entendre, l'écrivain ne serait qu'un intermédiaire. Mieux : un simple postier.
Nicolas Bouvier. (40'')
Son 1 Bouvier, 35'' L'écrivain est un postier
Très tôt fasciné par les atlas de géographie, Nicolas Bouvier se met en tête d'aller voir ce qui se cache derrière ces cartes multicolores.
Scandinavie, Balkans, Turquie, Iran, Inde, Chine, Japon... Peu de régions du monde lui restent inconnues. Et aucun des pays traversés ne le laisse insensible, comme il le confiait en 1991, lors d'un de ses passages à Etonnants voyageurs.
Nicolas Bouvier.
Son 2, 40'' Nicolas Bouvier On y laisse des plumes en voyageant
23'
Emporté vers d'autres rives par la maladie en 1998, Nicolas Bouvier considérait le voyage comme le meilleur moyen de se connaître soi-même, d'ouvrir tous les possibles de notre personnalité.
Comme il le dit dans un de ses ouvrages, L'Usage du monde, un voyage se passe de motif, il ne tarde pas à prouver qu'il suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait.
Et l'écrivain d'ajouter dans un autre de ses livres, Chronique japonaise : " Je suis curieux de voir qui du pays ou de moi aura le plus changé. " 33''
Fils du bibliothécaire Auguste Bouvier et d'Antoinette Maurice, Nicolas Bouvier passe une partie de son enfance à rêver le monde, hypnotisé par les couleurs des atlas de géographie. Des heures de lecture clandestine finissent de donner à l'enfant le goût d'aller voir ailleurs. Encouragé par son père qui voyagea, en quelque sorte, par procuration à travers son fils, Nicolas Bouvier part pour son premier voyage, solitaire, en Norvège, à 17 ans. Il est chargé de rapporter des timbres à son père, pour sa collection. Il suit des cours d'histoire médiévale et de sanskrit à Genève.
En 1948, il est envoyé en reportage en Finlande par le journal La Tribune de Genève, puis en 1950, voyage dans le Sahara algérien pour le quotidien Le Courrier.
En 1951, il effectue un premier voyage au long cours, avec Thierry Vernet et Jacques Choisy, de Venise jusqu'à Istanbul. Puis en juin 1953 il repart en Fiat Topolino avec Thierry Vernet de Belgrade à Kaboul à travers la Yougoslavie, la Turquie, l'Iran et le Pakistan. Un an et six mois plus tard, ils se séparent après Kaboul, Nicolas Bouvier continuant seul sa route à travers l'Inde afin de gagner la Chine. La route étant fermée pour des raisons politiques, il gagne Ceylan, où malade et déprimé il reste sept mois. Il décrira ce séjour douloureux dans le Poisson Scorpion publié en 1982 près de vingt-cinq ans plus tard. Il finira par embarquer en octobre 1955 sur un bateau français des Messageries maritimes qui le conduira au Japon, où il restera une année, rédigeant des articles pour les journaux et magazines japonais. Il rentre par bateau à Marseille fin 1956.
En 1958 il épouse Eliane Petitpierre, fille du conseiller fédéral Max Petitpierre et nièce de Denis de Rougemont, à Neuchâtel et ils s'installent à Cologny. De 1958 à 1963 (année de la mort de son père), il effectue des travaux d'iconographie pour l'OMS et la Nouvelle Bibliothèque Illustrée des Sciences et des Inventions des Éditions Rencontre. Au fil de ses travaux il constitue d'abondantes archives personnelles constituées notamment d'estampes populaires et de planches techniques. De 1964 à 1965 ils séjourneront au Japon avec leurs deux enfants. D'autres voyages en Asie (Japon, Corée du Sud, Chine, ..) ou en Europe (Irlande, Îles d'Aran) suivront.
Atteint d'un cancer, Nicolas Bouvier meurt le 17 février 1998. Il est inhumé à Cologny.
Citations [modifier]
? in L'usage du monde :
" Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait. "
? in Chronique japonaise, :
" ... Le froid, le poids du froid, son importance dans la vie ici : il entre du grelottement dans la musique japonaise, quant aux arbres ! ces branches tordues, anguleuses comme s'ils avaient des crampes, comme si le froid s'en était mêlé. "
? in Chronique japonaise, :
" Je suis curieux de voir qui du pays ou de moi aura le plus changé. "
Retour haut de page