Les 20 ans des Etonnants Voyageurs >

Jacques Meunier (Palais du Grand Large)

Version mobile

Jacques Meunier (Palais du Grand Large)

Le Palais des Congrès de Saint-Malo où bat le coeur du Festival Etonnants Voyageurs

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au Grand large, le palais des congrès de Saint-Malo.
C'est ici que bat, depuis vingt ans, le coeur du festival. On y vient pour découvrir des expositions, pour assister à des projections et aussi, autre temps fort d'Etonnants voyageurs, pour participer à des rencontres avec les plus grands écrivains.
Dès 10 heures du matin et jusque tard dans la soirée, les auteurs se succèdent par petits groupes sur la scène des Cafés littéraires pour évoquer leurs oeuvres, débattre de l'écriture et encore et toujours ouvrir grand nos rêves.
En 1994, Jacques Meunier se pliait à l'exercice. Sur le mode de la confession, il revenait sur sa première fugue, événement fondateur qui allait marquer sa trajectoire d'homme, de voyageur, de journaliste et d'écrivain.
Son Meunier 1'36''
La fugue comme premier voyage. Je voyage pour que la chance ne m'abandonne pas.
Et cette bonne étoile aura accompagné Jacques Meunier dans les périples les plus fous, depuis la Suède jusqu'à Calcutta, en passant par l'Amazonie, qu'il a explorée six années durant.
Pour cet ethnologue de formation, voyager, c'est perdre son temps avec féerie. C'est se sentir proche des lointains, consanguin des différents.
C'est aussi être une sorte d'enfant professionnel, qui aurait gardé intacte sa faculté d'étonnement...
Tous ces voyages ont nourri Jacques Meunier, décuplé son imagination et son humour.
Lui seul était capable de disserter sur la présence de l'arbre à pain sur les îles Sandwich...
Son oeuvre constitue un monde à part, un monde en soi, " Mundo Meunier ", comme le dit le titre de l'exposition d'objets bizarres et poétiques que cet auteur avait présentée à Saint-Malo, en 2005. (45'')
Voyager, c'est être une sorte d'enfant professionnel. L'étonnement est une vertu première
Il nous manquerait pas une petite chute ? Tu sèches ?
Retour haut de page