Les 20 ans des Etonnants Voyageurs >

Jacques Lacarrière (Hôtel de l'Univers)

Version mobile

Jacques Lacarrière (Hôtel de l'Univers)

Continuer le voyage entre vieux gréements et illustres navigateurs

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sur celui là il faudrait repasser au présent pour la description de l'auteur (comme pour les autres textes)
Nous sommes à l'hôtel de l'univers.
Poser ses valises ici, c'est un peu continuer le voyage.
Aux murs, partout des images de vieux gréements, des photos signées de la main d'illustres navigateurs, des tableaux rappelant la glorieuse histoire des corsaires malouins.
Mais c'est d'une autre forme d'exploration dont il est question, en compagnie de Jacques Lacarrière.
En 1993, cet écrivain était venu à Etonnants voyageurs pour nous parler de son ouvrage intitulé Ce bel et nouvel aujourd'hui.
Il nous parlait de la force et de la beauté de la nature, qu'aucun courant littéraire ou artistique ne saurait emprisonner.
Il s'émerveillait aussi sur les avancées de la science, qui nous ont permis de porter un regard neuf sur l'univers. Jacques Lacarrière : (40'')
Son Lacarrière 39''
La science qui a élargi notre regard, de l'infiniment petit à l'infiniment grand.
Longtemps, pour prendre la mesure du vaste monde, Jacques Lacarrière préférait préfère voyager à pied ou pratiquer le stop. Il était pour ainsi dire l'un des premiers routards. Un routard en quelque sorte
Mais ce qui par-dessus tout caractérisait (e) cet écrivain décédé en 2005, c'est sans doute son insatiable curiosité, comme le dit Maûtte Chantrel, la directrice adjointe du festival. (19'')
Son Maûtte Chantrel sur Lacarrière 25''
La curiosité même, une générosité dans le partage du savoir.
Le nom de Jacques Lacarrière restera avant tout associé à la Grèce, un pays dont il était tombé(e) amoureux en 1947, lors d'un voyage effectué à Epidaure avec le groupe du théâtre antique de la Sorbonne.
Jacques Lacarrière y a ensuite séjourné (séjourne ensuite) quatorze années durant.
Il n'a cessé d'écrire sur le monde hellénique, et d'en traduire ses auteurs, antiques comme contemporains.
Cet agnostique (athée est peut-être plus compréhensible)était fasciné par le Mont-Athos, qui lui a inspiré plusieurs livres sur la spiritualité.
Et s'il s'est aussi intéressé (s'intéresse) à d'autres pays de la Méditerranée, comme la Turquie, la Syrie ou l'Egypte, s'il a consacré (consacre) des livres à des diverses contrées françaises, Jacques Lacarrière est toujours resté (reste toujours) fidèle à la Grèce.
A sa mort, conformément au souhait qu'il avait émis à sa volonté, ses cendres y ont été dispersées. (44'')
Retour haut de page