Estuaire de la Gironde >

Vitrezay

Version mobile
English

Vitrezay

Poissons et oiseaux migrateurs viennent pondre et nicher.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au bout du port de Vitrezay. Sur votre gauche, l'entrée du chenal protégée par une digue est signalée par un petit phare. A votre droite l'alignement de carrelets qui borde l'étendue du Pôle Nature.
Vous ne savez pas ce que sont les carrelets ? Ce sont des filets carrés que l'on plonge dans l'eau et que l'on remonte grâce à un treuil, depuis une petite cabane sur pilotis C'est une pêche au hasard qui permet de d'attraper la crevette blanche, typique des eaux saumâtres.
Précisons que l'eau saumâtre est un mélange d'eau douce et d'eau salée. Ici, deux fois par jour, à marée montante, plusieurs millions de mètres cubes d'eau de mer pénètrent dans la Gironde et remontent les fleuves jusqu'à 150 km. Ce phénomène provoque parfois une vague appelée " mascaret ".
Le mascaret est un phénomène typique des estuaires qui se produit pendant les grandes marées, sur des cours d'eau de faible profondeur et en forme d'entonnoir.
Explications. L'onde de marée qui remonte le cours d'eau est freinée par le courant descendant de l'eau douce. Des bourrelets d'eau se forment alors en surface et grossissent au fur et à mesure que l'estuaire rétrécit. Mais le phénomène a disparu de tous les estuaires français. Seul celui de la Gironde, dont les rives ont été peu aménagées, connaît encore le phénomène.
D'accord, ici il n'atteint pas les 14 mètres de hauteur du Mékong, mais il est assez puissant pour mettre à mal une yole et même une gabare... Et sur la Dordogne et sur la Garonne, les vagues gagnent assez de hauteur pour être chevauchées par des surfeurs...
Les marais qui bordent l'Estuaire sur les deux rives offrent une grande diversité et donc un cadre de vie idéale où les poissons et les oiseaux migrateurs viennent nicher et pondre.
Le Pôle Nature de Vitrezay réhabilité en zone humide depuis quelques années voit déjà de nombreuses espèces se poser entre les roseaux et les joncs des étendues d'eau douce. Michel Quéral, chasseur d'images, nous explique comment il repère ces animaux :
" Sur le site, on voit qu'il y a des roselières qui commencent à pousser et à devenir importantes, on sait qu'à l'intérieur de ces roselières, on va trouver tout un cortège de petits oiseaux, de petits passereaux qu'on appelle paludicoles, c'est-à-dire qui aiment les marais, dans lesquelles on va trouver de la rémiz penduline, de la rousserole, des bruants des roseaux... "
Photographier et observer les animaux exige donc un grand sens de l'observation, et beaucoup de patience :
" Il faut souvent se déplacer un peu à pas de loups comme on dit, parce que même les insectes, même les grenouilles elles sont sensibles au mouvement, elles sont sensibles au bruit et donc le moindre geste qui va leur sembler un peu incongru, et ben il y aura plus personne à photographier donc il faudra attendre dix minutes, un quart d'heure, sans trop bouger que les choses se remettent en place et que le vie reprenne son cours normal "
Au pôle nature de Vitrezay , de nombreuses animations permettent au grand public de découvrir la nature, par la pratique, entre autres, de la pêche. Des animateurs sont là pour transmettre leur savoir-faire, aux adultes, comme aux enfants...
Retour haut de page