Epernay : chroniques de Champagne >

Vignes en foule

Version mobile

Vignes en foule

La culture en foule fut la norme jusqu'à l'arrivée du phylloxéra, un insecte se nourrissant des feuilles et des racines de la vigne, et les tuant lentement.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Une vigneronne est justement au travail dans la vigne près de vous en ce début de XVIIIe siècle...
Personnage(s) intervenant :
Une vigneronne au début du XVIIIe siècle.
Illustrations sonores et musicales :
Habillage sonore : travail de la vigne, bruissements végétaux, bruits de pas dans la terre.
Tenez, vous voilà donc ! Vous devez être les nouveaux ouvriers venus prêter main forte, n'est-ce pas ? [Marque une pause, puis, suspicieuse :] Vous m'avez pourtant l'air bien étrangers à la chose... [Marque une pause] Oh, mais oui, je vois... Vous êtes novices... [Résignée :] Bien, nous avons besoin de bras : je vais me faire fort de vous expliquer !
Nous cultivons les vignes en foule, voyez-vous ? Nos ceps sont espacés d'un bon pas de distance et ont une apparence un peu désordonnée [comme une évidence :] ... en foule - un mode de culture tout à fait adapté à la Champagne, en accord avec le climat, le sol et nos cépages. Au gré des saisons, on procède à la taillerie à l'aide d'une serpette, on coupe tous les bois de l'année devenus inutiles pour n'en laisser qu'un, puis on procède à la bêcherie grâce à la houe, on déchausse tous les ceps pour les recoucher en terre où ils s'enracineront... Par le fait la vigne se développe dans le sol puis on taille le sarment en lui laissant trois ou quatre bourgeons qui porteront les raisins. La ficherie consiste à mettre en terre des échalas en chêne ou en châtaignier qui soutiennent les rameaux de vignes. Au mois de mai ou de juin, vous aurez à pratiquer la lierie, qui permet d'attacher les sarments à ces échalas au moyen de tiges de paille de seigle. Attention, ce n'est là qu'une partie des travaux à accomplir ! Et tout le monde y oeuvre, les hommes comme les femmes ! J'ose d'ores et déjà espérer que vous ne rechignez pas à la tâche...
[Comme si on venait de l'interroger :] Nos cépages ? Ma foi, ils sont assez nombreux... Depuis des temps assez récents, on emploie le morillon noir, le morillon taconné et le petit plant doré d'Aÿ, sans compter le fromenteau et le gouais. On apprécie le blanc à la cour ces temps-ci...
La culture en foule fut la norme jusqu'à l'arrivée du phylloxéra, un insecte se nourrissant des feuilles et des racines de la vigne, et les tuant lentement. Il fit son apparition en Champagne en 1890, et avait déjà détruit la moitié des vignes sur pied en 1911. Le seul remède qui fut trouvé à ce mal fut d'arracher les vignes infectées puis de replanter nos cépages champenois greffés sur des porte-greffes américains résistants au phylloxéra. C'est ainsi que les vignes en foule disparurent presque totalement au profit des vignes en ligne, particulièrement adaptées à la mécanisation de la culture. Seules quelques ares de vignoble résistèrent au phylloxéra et sont encore cultivées de nos jours selon la méthode traditionnelle " en foule ".
Retour haut de page