Epernay : chroniques de Champagne >

Falaise en craie

Version mobile

Falaise en craie

La Champagne est composée d'une succession de plateaux séparés par des ressauts, les "côtes", qui correspondent aux effets de l'érosion sur les sols crayeux

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Avant d'en arriver à la délicieuse détonation du bouchon de champagne, tout commence par le terroir... La Champagne est composée d'une succession de plateaux séparés par des ressauts, les " côtes ", qui correspondent aux effets de l'érosion sur les sols crayeux. Ce relief ondulé permet une bonne exposition au soleil. La craie est ici partout présente, ainsi qu'en témoigne la falaise qui vous fait face, et constitue, avec les marnes et les calcaires, 75% des sédiments locaux. De par leur nature, ces affleurements favorisent le drainage des sols car ils sont poreux : ceci est idéal pour la vigne, qui peut ainsi être alimentée en eau même lors des étés secs. Le vallonnement se charge quant à lui de faire s'écouler les excès d'eau. En outre, ces coteaux sont idéalement exposés, à savoir Sud, Sud-Est et Est pour la plupart d'entre eux.
La Champagne subit une double influence climatique, à la fois océanique et continentale. La première prodigue une pluviosité importante et régulière et n'offre que peu de contraste de température. La seconde influence, continentale, permet un bon ensoleillement estival, mais est aussi à l'origine de gelées parfois sévères en hiver... Cette rigueur limite la croissance des vignes, mais contribue à la finesse caractéristique des vins de Champagne.
Dès la Préhistoire, il y avait ici de la vigne ; des feuilles fossilisées ont été trouvées dans la région de Sézanne, au Sud d'Épernay. Il s'agissait de vignes sauvages inaptes à la vinification qui disparurent d'Europe il y a quelques 100 000 ans. Il fallut attendre quelques millénaires de plus pour avoir trace des premières vignes cultivées dans la région...
Retour haut de page