La Vallée Royale de l'Eure >

Dreux

Version mobile
English

Dreux

La ville de Dreux est, comme vous le voyez, riche d'un patrimoine architectural exceptionnel.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Dreux devant le beffroi.
C'est l'ancien hôtel de ville. Ce bâtiment est le symbole des libertés communales obtenues par les bourgeois à partir du 12 ème siècle.
Jusqu'à la fin du 19 ème , les conseils municipaux se tenaient au 1 er étage, sous les magnifiques voutes et dans une des pièces ornées de cheminées monumentales...
Ce qui est très rare pour un beffroi c'est sa position au milieu d'une place.
Si on en fait le tour, on découvre de l'autre côté une petite porte marron au premier étage tout à gauche. Elle permettait d'amener les vivres qu'on stockait ici en cas de siège.
C'est qu'il fallait pouvoir tenir des semaines ! C'est ce qui est arrivé avec Henri IV en 1562 contre le prince de Condé et les protestants. Il faut dire que Dreux était une place forte. Un vrai poste frontière entre le domaine des Capétiens et celui de leurs ennemis, les ducs de Normandie. ...
Vous entendez ce carillon ?
Ce n'est pas celui du beffroi mais celui de l'Hôtel dieu, l'ancien hôpital de la ville qui se trouve à droite du beffroi.
Dreux a son hôtel-Dieu depuis le 12 ème siècle. Mais sa chapelle date de 1560.
Et pour la construire, Catherine de Médicis a fait une faveur à la ville. Elle a donné le bois de charpente pris dans la forêt de Dreux qui lui appartenait.
En regardant de plus près la porte cochère de l'Hôtel Dieu, vous verrez un pilier qui comporte 2 étranges petites portes. A votre avis, à quoi servaient-elles ?
A déposer le courrier des messagers ?
Non !
C'était une cachette ?
Non plus. C'était ce qu'on appelle le tour des enfants trouvés !
" La " tour !
Non, " Le " tour. Une sorte de guichet monté sur pivot.
A l'époque de Napoléon, quand une femme venait pour abandonner son enfant, elle ouvrait le volet, déposait son bébé et agitait une sonnette. Dans la cour, une religieuse venait alors recueillir l'enfant.
Ce tour existe toujours. C'est même un moment fort dans la visite de la ville selon Jacqueline Barrel de l'Office de tourisme de Dreux :
" C'est le seul d'Eure et Loir et il n'y en a pas beaucoup d'autres en France à notre connaissance. Il a été restauré, il y a la petite paillasse pour accueillir le bébé qui était abandonné. Et il y avait quelque fois un petit mot, une missive sur le bébé qui disait qu'il était peut-être baptisé, il avait peut-être un prénom. Dans les registres d'état civil, on a retrouvé des enfants qui avaient été déclarés de cette façon là. "
Au total, près de 500 bébés ont ainsi été abandonnés sur ce tour.
Regardez maintenant l'église derrière vous, face au beffroi.
L'église St Pierre a été construite au début du 13 ème siècle. Vous ne remarquez rien ? L'édifice devrait avoir deux tours identiques.
Et celle de droite, la tour Ste Anne s'arrête à mi hauteur. Celle de gauche, la tour St Vincent a été terminée.
L'église a été en grande partie détruite par les Anglais en 1421. Elle a été rebâtie au 16 ème siècle. Mais avec les guerres de religion, les travaux ont été stoppés.
Des pierres de l'édifice ont alors été détournées. On en retrouve sur certaines maisons. Regardez celle qui se trouve à droite de l'église au numéro 26. Vous voyez les pierres du bas ?
La ville de Dreux est, comme vous le voyez, riche d'un patrimoine architectural exceptionnel. Mais elle tire aussi son prestige et son dynamisme d'un important passé industriel. Ici, par exemple, on construisait des automobiles mythiques : les Facel Vega.
Si l'usine a aujourd'hui disparu, les voitures de luxe " décoiffent " toujours les amoureux de bolides grâce à un circuit automobile qui fait vibrer toute la ville...
Le circuit de l'Ouest Parisien n'est pas réservé à la Formule 1. Les passionnés d'automobile peuvent aller y rêver. Ils se retrouvent au volant de modèles très luxueux sous l'oeil attentif du directeur de Propulsion Laurent Frenet :
" Ici on apprend à devenir pilote ... mais c'est surtout à se faire plaisir à rouler dans des autos d'exception. Et puis apprendre quelques rudiments du pilotage. Par exemple des notions de trajectoire, des notions de maîtrise d'une voiture puissante : l'accélération, le freinage et bien d'autres techniques. S'asseoir dans une voiture tel qu'une Ferrari c'est peut être pas à la portée de tout le monde. Nous on offre cette possibilité là. Quand on repart dans sa voiture, c'est sur qu'y faut reprendre tout à zéro là ! "
L'automobile de luxe ... la ville de Dreux l'a connue avec l'usine des Forges et Ateliers de construction d'Eure et Loire. De 1954 à 1964, la marque prestigieuse a produit ici 6 modèles de légende.
Et la légende, ça n'était pas donné ! Une Vega FV en 1955 s'achetait six fois plus chère qu'une 4 CV de Renault. Et c'est encore une Vega qui a été la première voiture française à dépasser les 200 km/h.
Avant de quitter la ville, si vous alliez faire un tour au musée Rétro Mobile Drouais ? Il se trouve juste à côté de la Sous Préfecture.
Retour haut de page