La Vallée Royale de l'Eure >

Bois-Richeux

Version mobile
English

Bois-Richeux

Vive la liberté, et grâce en soit rendue aux Seigneurs de Bois Richeux et au Chapître de la Cathédrale !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Bois Richeux devant la ferme médiévale
La forme étrange de sa cour rappelle qu'elle a été construite par les Celtes, en plein coeur de la Forêt des Carnutes. Et depuis 2000 ans, elle n'a jamais cessé de produire des céréales.
Madame de Maintenon et Louis XIV l'ont achetée en 1679 pour nourrir tout le beau monde de Versailles.
Une femme de goût cette dame ! Elle y a fait soigneusement décorer sa chambre au cas où son auguste mari aurait eu une petite envie de sieste, au retour de la chasse.
Regardez la tour ronde, juste en face de vous.
C'est l'un des premiers colombiers de France. Il date de 1364.
Comptez ses boulins !
Boulins ?
Oui ... ses niches à pigeons ! Leur nombre indique que l'exploitation dépassait un millier d'hectares et devait employer plus de 500 paysans.
Vous savez qu'ils ont été, ici, les premiers à être libérés du servage en 1178.
Vive la liberté, et grâce en soit rendue aux Seigneurs de Bois Richeux et au Chapître de la Cathédrale !
Imaginez la procession de ces premiers paysans libres dans la plaine de Chartres.
Mais liberté ne veut pas dire anarchie :
Sous le petit auvent que vous apercevez au fond, se cache l' enfermerie : la prison, tout simplement.
Devant vous, le pignon de l'imposante grange Dîmière . Sa charpente du 12ème provient, en partie, des échafaudages de la Cathédrale de Chartres.
Vous avez dit dîmière ?
Oui ... la dîme... le dixième de la récolte qu'on devait au Seigneur.
Libres, mais imposés quand même.
Maintenant, regardez le mur qui est juste à votre gauche.
C'est tout ce qu'il reste d'une chapelle romane construite au retour de la croisade par les Seigneurs de Bois Richeux .
Leur liberté valait bien quelques messes répétées !
Examinez maintenant le jardin.
Il a été reconstitué d'après les descriptions du Moyen Âge.
Il contient les 88 plantes que Charlemagne recommandait de cultiver pour se nourrir et se soigner.
Vous avez remarqué ? Les massifs sont entourés de buis taillés en arrondi. Est-ce pour protéger les secrets des plantes qu'ils contiennent ou pour symboliser la voûte céleste ?
C'est tout simplement pour préserver un peu d'humidité. Pratique en cas de canicule !
Et, regardez juste devant le manoir, ces ifs taillés en spirales et couverts d'une multitude de petites boules rouges ?
Je peux les goûter ?
Malheureux ! C'est un poison mortel.
Mais c'est aussi un médicament anticancéreux très puissant.
Et là, de l'autre côté du berceau de la treille ... de .... de l'Osier ? C'est bon pour quoi ?
Devinez ... je vous dis simplement son nom latin : salix !
...?...
Vous ne trouvez pas ? ... Un deuxième indice : vous y avez déjà goûté.
Non ... Je ne vois pas.
C'est l'aspirine. Quand vous reviendrez, les jardiniers de Bois Richeux vous expliqueront la théorie médiévale des signatures :
Une plante qui pousse les pieds dans l'eau soigne forcément les fièvres et les douleurs qu'on attrape en ayant eu les pieds mouillés.
Une vraie pharmacie à ciel ouvert ce jardin.
Retour haut de page