Diocèse de Vannes >

Eglise Notre Dame de victoire à Lorient

Version mobile

Eglise Notre Dame de victoire à Lorient

Ou comment l'architecture religieuse se renouvelle

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Eglise Notre Dame de Victoire à Lorient
Avec son clocher, sa coupole et sa nef de béton, cette église a de quoi surprendre! Reconstruite après la seconde guerre mondiale, pour remplacer l'église St Louis détruite par les bombardements de février 1943, elle témoigne du renouvellement de l'architecture religieuse.
C'est Jean-Baptiste Hourlier, un architecte croyant, qui l'a voulue ainsi.
Je souhaite que le bâtiment évoque la foi ardente du peuple breton dominant ses souffrances et s'élançant vers un seul but, celui d'assurer la renaissance de la Nation. 
Il semble que le pari ait été réussi :l'église a reçu le Label Patrimoine du XXème siècle. Mais voyons ce qu'en pense le prêtre qui y officie, le Père Gwénaël Maurey :
J'avais une petite crainte parce qu'en fait je suis lorientais d'origine et je me disais : est ce que je vais me plaire dans cette église, venant de Vannes où j'étais dans une église traditionnelle, j'avais peur que le béton m'agresse un peu... Et en fait je crois que c'est une église qui demande un temps où on s'adapte, où on se fait au lieu, où on se familiarise. En fait, il faut l'apprivoiser et au bout d'un certain temps on n'imagine pas qu'une église soit faite autrement.
Passées les portes immenses de l'édifice, on est frappé par la grandeur et le dépouillement des lieux. Tout converge vers le choeur et l'autel comme signe de la présence du Christ.
La nef est immense mais c'est une église épurée qui s'offre à nous.
Une manière pour l'architecte d'exercer sa foi dans l'humilité, tout en rappelant les grandes symboliques religieuses.
L'architecture de l'église est essentiellement composée d'un carré et d'un cercle. Alors, dans la tradition chrétienne, le carré c'est la terre et le cercle c'est Dieu et au fond une église c'est la rencontre entre la terre et Dieu. Donc il y a une volonté spirituelle dans cette architecture.
De grandes fresques viennent enrichir le décor des lieux. Un immense couronnement de la vierge au-dessus de l'autel, et deux peintures sur les entrées latérales.
Dans des dégradés de gris et de noir, l'une représente l'Annonciation, l'autre : la Mise au Tombeau, oeuvres de Joubioux, un peintre lorientais reconnu. Ne manquez pas non plus les fresques des chapelles latérales : elles sont l'oeuvre de Xavier de Langlais, un pilier du mouvement esthétique neo-breton des Seiz Breur.
Mais au fait, d'où vient ce nom " Notre-Dame de Victoire ". De la deuxième guerre mondiale ?
Non, c'est plus ancien.
En 1746 Lorient est assiégée par les Anglais, les paroissiens prient alors Marie en récitant le chapelet... et le lendemain les Anglais sont partis. Les lorientais descendent alors crier victoire dans la rue.
C'est ainsi que naît Notre Dame de Victoire.
Elle tient toujours une grande place dans le coeur des Lorientais qui viennent prier devant sa statue dans la chapelle de la Vierge à droite du choeur.
Retour haut de page