Diocèse de Vannes >

Cathédrale Saint Pierre de Vannes

Version mobile

Cathédrale Saint Pierre de Vannes

Hommage à Saint-Vincent Ferrier, artisan de paix

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La cathédrale Saint Pierre de Vannes.
Lorsque vous entrez dans l'édifice, vous êtes sous le regard de Saint Vincent Ferrier, un moine dominicain, le patron de la ville, vénéré en cette cathédrale.
Mais commençons par rappeler ce qu'est une cathédrale.
Le mot " Cathédrale " vient de " cathèdre ", le siège de l'évêque. La cathédrale est donc l'église de l'évêque.
Celle ci est dédiée à Saint Pierre. On y prie aussi St Vincent Ferrier, un grand évangélisateur. Ce missionnaire originaire de Valencia en Espagne a sillonné les routes de l'Italie, de l'Espagne, et de la Bretagne pour faire oeuvre de paix. Mort à Vannes en 1419, son tombeau se trouve ici, dans la chapelle de la tour renaissance, à gauche du choeur.
Jeannine Antoine, en charge du site internet de la cathédrale, nous parle de Saint-Vincent Ferrier :
Il a vécu en Europe à une époque où les cataclysmes se succédaient les uns aux autres : guerres, épidémies, famines, mais au nom de sa foi et de l'évangile, il s'est fait évangélisateur, il allait toujours semer l'espérance partout où il passait. La Bretagne a été plus spécialement visitée par lui sur la fin de sa vie, on a eu la chance de le voir venir jusqu'ici et c'est à lui que les Bretons doivent d'avoir été évangélisés en profondeur.
On dit que St-Vincent Ferrier avait la faculté de se faire entendre de tout le monde, même s'il prêchait en catalan.
C'est Jean V qui le fait venir en Bretagne, un tableau illustrant la rencontre des deux hommes est visible à l'entrée de la tour renaissance. Grâce à ses talents de diplomate, St-Vincent Ferrier avait même réussi à faire revenir à Rome la papauté installée en Avignon.
St-Vincent Ferrier est particulièrement honoré par les Espagnols. Ils viennent régulièrement se recueillir ici, notamment à l'occasion du pèlerinage le premier dimanche de mai. Un pèlerinage qui a conféré à cette cathédrale le titre de basilique.
De grandes célébrations sont d'ailleurs prévues pour le six-centième anniversaire de sa mort en 2019.
Observez la nef. Vous avez remarqué ? Elle ne comporte pas de piliers. Une manière de faciliter la communion de l'assemblée des chrétiens. Le maître autel s'offre à tous.
Le père Pierre Lanco, archiprêtre de la cathédrale :
Vous savez que le symbole de l'autel, c'est le christ ressuscité. Donc c'est le centre et c'est ce vers quoi les regards sont attirés. En 1770 exactement, Mgr de Bertin a fait avancer l'autel qui normalement était toujours dans le fond du choeur, pour qu'il soit le plus proche possible de la nef et qu'il soit à l'intersection des deux transepts et mettre les chanoines derrière l'autel et ça c'était quelque chose d'audacieux.
Voyez la beauté de cette table de l'eucharistie : un bloc de marbre et
deux anges annonciateurs de la résurrection du Christ.
Le nouvel autel du choeur reprend ce symbole du monolithe blanc qui représente le Christ pierre angulaire de l'Eglise.
Vous pouvez aussi vous recueillir dans la chapelle du St-Sacrement, derrière le choeur et le déambulatoire. Vous y retrouverez une statue de Saint Vincent dans un très beau retable XVIIe. Merci de respecter cet espace entièrement dédié à la prière.
Retour haut de page