Diocèse de Vannes >

Basilique Notre Dame du Roncier à Josselin

Version mobile

Basilique Notre Dame du Roncier à Josselin

1200 ans de pèlerinages

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La basilique Notre-Dame-du-Roncier à Josselin.
Dans cette cité, vous êtes au coeur de 1200 ans de pèlerinages. La ferveur ici n'a cessé d'habiter Josselin. Pendant le Pardon bien sûr, quand toutes les rues vibrent au rythme de la procession, mais aussi avec cette basilique.
Au premier abord, c'est une église de style gothique flamboyant. En fait, sa construction s'est étalée sur près de 1000 ans ! Le clocher ne date que de 1948.
Le père Yves Jehanno, nous accompagne dans la visite
Quand nous entrons dans l'édifice nous sommes surpris peut-être par la pénombre, mais ça nous oblige à faire une transition du domaine profane, ça invite à une intériorisation.
...et à un retour aux sources de la foi ! Comme celle qui anime Josselin depuis l'an 808. Cette année-là, un laboureur trouve une statue de la Vierge en fauchant des ronces... d'où : Notre Dame du roncier !
Cet homme pieux rapporte la statue chez lui, mais elle revient au lieu de sa découverte. Et le même scénario se produit plusieurs fois. On décide alors de lui créer un oratoire. Cet épisode est relaté dans deux vitraux situés à gauche du choeur, dans la nef nord. Ecoutons le père Yves Jehanno.
Toute la famille prie devant la statue, au milieu on voit une petite fille en jupe rouge. Alors cette fille qui était aveugle de naissance a été guérie alors évidemment c'était un grand miracle qui s'est connu, il y avait quand même quelques habitants dans les environs et à partir de là les gens ont commencé à venir prier.
On demande la grâce d'être guéri de tous les aveuglements.
Les pèlerins commencent à affluer.... et avec eux les seigneurs comme Guétenoc, le premier à s'installer ici et à faire construire une chapelle.
La cité de Josselin prend tellement d'importance qu'Henri de Plantagenet, roi d'Angleterre, s'en offense et démolit tout. Au XIIème siècle il faut tout recommencer.
Pour autant la tradition du pèlerinage reste vivace. Le célèbre combat des Trente en est la preuve. En mars 1351, alors que les Anglais ont envahi la région, 30 Bretons défient 30 de leurs adversaires...
Alors les Bretons et Jean de Beaumanoir sont venus prier Notre-Dame-du-Roncier le matin, ils ont communié et puis on s'est battu, c'était pas un match de foot mais c'était un match de chevaliers avec des haches, des épées... et les Bretons ont gagné. Alors ils sont revenus rendre grâce le soir, c'est un épisode signalant la foi de toute la cité de Josselin.
De plus en plus, les gens affluent à Josselin, et en 1738 un autre miracle se produit.... trois enfants qui ne parlaient que par aboiements sont délivrés de leur mal! Un épisode représenté lui aussi sur un vitrail au début de la nef nord.
Puis, Olivier de Clisson et sa femme Marguerite de Rohan, par amour pour Notre-Dame, s'investissent dans une vaste campagne de restauration. Ils souhaitent être enterrés en l'église, leur tombeau se trouve dans la nef sud.
Aujourd'hui toujours, à Josselin, c'est toute la ville qui vit au rythme de cette ferveur ancestrale. Venez ici au moment du Pardon ! Chaque rue vibre sous la déambulation de la procession.
Et puis Josselin se trouve au croisement de trois pèlerinages : celui de Notre-Dame-Du-Roncier le 8 septembre donc, et celui de St Jacques de Compostelle ou encore du Tro Breiz : le tour de Bretagne, qui retrace le parcours des 7 saints fondateurs du christianisme dans la région.
Retour haut de page