Dinant, vallées de forteresses et de châteaux (Wallonie) >

L'abbaye de Maredsous

Version mobile
English Néerlandais

L'abbaye de Maredsous

Ce monastère est créé au 19ème siècle, en 1872 dans un style néo-gothique.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Incontournable

à Anhée

Nous sommes à Denée devant l'abbaye de Maredsous
Installez vous à l'entrée devant la grille.
Ce Monastère est créé au 19ème siècle, en 1872 dans un style néo-gothique. 80 ans après la Révolution Française qui avait chassé les religieux, ses créateurs (des industriels) veulent construire une forteresse.
" C'était de grands industriels français et belges... "
Père Bernard Lorent, Père Abbé de l'Abbaye de Maredsous
" ... qui avaient acheté des grandes propriétés dans la région. Ils étaient très catholiques, catholiques ultra-mondains comme on dit, très favorables au pape. Et donc leur désir était de reconquérir la société ... C'est étrange quand on dit ça aujourd'hui, qu'au 19ème siècle, on désirait reconquérir la société par le Christ. Et l'abbaye était forcément vue comme une forteresse du christianisme. D'ailleurs quand on voit l'abbaye de Maredsous, on voit qu'elle est en style gothique primaire ... C'est une vraie forteresse de la foi ".

La communauté des moines grandit très rapidement. Dans les années 1920, ils sont déjà 120 à Maredsous. Tous sont des bénédictins. C'est à dire qu'ils vivent selon la règle de St Benoit. Ce religieux du 6ème siècle prônait un modèle de vie monastique où l'individu passe avant le groupe et où le travail et la prière ont une place essentielle.
Mais il reste du temps pour de nombreuses activités. Même à table...
Les repas, c'est en silence mais pas toujours. Par exemple à Maredsous, Le matin, ça se prend en silence, un petit déjeuner, mais chacun déjeune quand il en a envie. A midi, pour le déjeuner, là c'est en silence. Et on écoute une lecture. Et ça c'est déjà prévu dans la règle de St Benoît. Alors les livres qu'on lit le plus souvent, ce sont des livres d'Histoire ou des biographies. Par contre le soir, on peut parler. Et quand il y a une fête, on peut parler. En fait, dès qu'il y a autre chose que de l'eau à table, on peut parler.
A propos de boire et de manger : la trentaine de moines de Maredsous produisent et vendent du pain et aussi du fromage, affiné dans les caves de l'abbaye. Il y a aussi la bière de Maredsous. Elle n'a jamais été brassée ici mais c'est une recette des moines de l'abbaye.
L'activité la plus importante des bénédictins est bien sûr la prière. Un vrai travail selon le Père Abbé Lorent :
" Il y a le fameux Ora et labora. Prie et Travaille. On prie 2 heures et demi par jour. Le matin à 7h, il y a les laudes. Une demi heure. La messe à midi, une demi heure, Les Vêpres à 18h30, une demi heure. Et le soir à 20h30, 20 minutes. Et puis deux petits offices. En gros, ça fait 2 heures, 2 heures et demi de prières en commun, mais qui demandent un effort physique. On n'est pas assis dans un sofa ... on chante. Et c'est fatiguant.
extrait chant Maredsous
Donc la prière est un labora, un travail. Et le travail doit devenir prière. "
Quand ils ne chantent pas, et qu'ils ne prient pas, les moines de Maredsous écrivent. Ils éditent même une revue historique, la Revue Bénédictine, qui est classée A aux Etats Unis. C'est une référence.
Les bénédictins savent aussi ouvrir leurs portes. C'est même prévu dans les règles de St Benoît. Certains passent ici quelques jours pour se reposer dans le silence. Si ça vous dit, poussez la porte. C'est ouvert tous les jours de 8 h à 21 heures.
Merci de continuer votre visite, A bientôt !
Retour haut de page