Dinant, vallées de forteresses et de châteaux (Wallonie) >

Dinant, sur les traces des Palaces Mosans

Version mobile
English Néerlandais

Dinant, sur les traces des Palaces Mosans

Construit sur le terrain d'un ancien cimetière, le premier hôtel des Postes est ouvert après la guerre de 1870.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Dinant, devant l'ancien Hôtel des Postes.
Jusqu'au début des années 70, il était l'établissement le plus prestigieux de la ville. C'est ici que le tourisme commence à Dinant.
Construit sur le terrain d'un ancien cimetière, le premier hôtel des Postes est ouvert après la guerre de 1870.
Comme son nom l'indique, c'est d'abord un relais de diligence. Mais très vite, il est agrandi par la construction d'une tour surmontée d'un campanile.
Pour descendre dans cet établissement, à l'époque, il faut payer assez cher.
" Y'a même un tarif spécial pour les domestiques ".
Michel Kellner, historien local
" Par exemple, la Pension est de 8 à 10 francs. Donc les gens viennent avec leurs domestiques et louent de petits appartements. Ce lieu s'adapte très vite à l'évolution de la vie. Il y aura l'électricité, puis le téléphone... "
" Allo. L'Hôtel des Postes, bonjour.
Oui, monsieur très certainement. Nous avons encore de la place. Pardon monsieur ? 10 francs par jour avec le déjeuner, le diner, le souper. Bougies comprises. Et vue sur la Meuse. "
Très bien, puis je vous demander votre nom monsieur...
Ce tourisme de luxe à Dinant est de longue durée. Certains clients restent ici pendant un mois. L'hôtel propose de nombreuses excursions. Et le tarif dépend du nombre de chevaux pour tirer la voiture. Ainsi, une visite dans les grottes de Han coûte 25 francs avec deux chevaux, 18 francs avec un seul.
Pendant la 1ère guerre mondiale, l'hôtel des Postes est complètement détruit. Il est reconstruit et devient en 1924 le Grand Hôtel des Postes. Encore plus luxueux.
Certaines suites sont même équipées d'une chambre noire pour que le client puisse développer ses photographies... Plus tard : un ascenseur, un salon de coiffure, un bar américain et un garage avec une borne-essence !
Après guerre, le tourisme à Dinant prend une autre dimension. La ville attire un nouveau public comme l'explique Michel Kellner :
" Ça va attirer des gens qui viennent voir une ville détruite, des lieux de combats comme ceux de la citadelle. Ils viennent ici en plus grande masse. Et puis toute une série d'associations patriotiques. Ils auront même un petit hôtel ( l'hôtel des souvenirs) prés d'un mur de fusillés. C'est un autre tourisme ".
Le tourisme à Dinant va se développer aussi grâce à l'arrivée du train.
Le 10 novembre 1862, un premier train de voyageurs entre en gare de Dinant. Le tronçon Namur/Dinant est enfin ouvert. Les travaux ont duré 2 ans et demi.
Ce nouveau mode de transport attire les anciens usagers de la navigation à vapeur, trop lente et à cause des caprices du fleuve, trop irrégulière.
Et pour remplir les trains, les idées ne manquent pas :
Il y a par exemple les Trains Plaisir qui circulent plus rapidement. A bord : un bar, un restaurant et même une piste de danse. La formule a beaucoup de succès à Dinant.
Il y a également les trains Radio, lancés dans les années 30. 462 places sont prévues. Chaque compartiment est équipé d'un haut parleur qui diffuse de la musique et les annonces du programme de visite.
Et puis le train va de plus en plus vite. Avant la 1ère guerre mondiale, il faut moins de 40 minutes pour relier Namur à Dinant. Certains viennent de plus loin : de Paris en 6h, ou d'Amsterdam en 7 heures et demi.
Bien. Partons maintenant rejoindre Adolphe Sax sur son banc. L'inventeur du Saxophone nous attend dans la rue qui porte son nom.
Merci de continuer votre visite, à bientôt
Retour haut de page