Boucle en Corrèze : périple dans tout le département >

Gimel les cascades

Version mobile
English

Gimel les cascades

Le Grand saut, la Redole, La Queue de cheval, ça vous dit quelque chose ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Gimel les cascades.
Positionnez-vous contre la rambarde, sur le belvédère, le dos tourné à la grande maison.
Le Grand saut, la Redole, La Queue de cheval, ça vous dit quelque chose ? Ce sont les noms des trois cascades qui donnent tant de charme à Gimel.
Quel vacarme ! Et quelle fureur surtout !
La première cascade, devant nous, porte bien son nom : le grand saut. La Montane oe c'est ainsi que s'appelle la rivière oe fait ici un bon de 45 mètres.
Inutile de vous dire que vous n'êtes pas les seuls à être admiratifs. Il paraît que l'écrivain George Sand était très impressionnée.
En 1912, ces cascades deviennent le premier site naturel classé, en France. Elles le doivent en grande partie à l'action du peintre Gaston Vuiller, qui non seulement leur a consacré plusieurs articles illustrés, mais aussi a combattu des projets industriels qui menaçaient leur existence.
Il faut dire que cet artiste était aux premières loges.
C'est vrai. Longtemps, il habite là haut, devant vous, la deuxième maison en partant de la droite.
C'est lui, aussi, qui aménage le parc dans lequel nous nous trouvons et qui porte aujourd'hui son nom.
Longez maintenant sur votre gauche la rambarde.
Regardez en bas, c'est la deuxième cascade, la Redole, haute de 38 mètres.
Vous vous demandez sans doute comment son nées ces cascades. Voici la légende :
(Lou Quézac) Il y a de cela bien longtemps, un magicien était tombé amoureux. La belle qui ne voulait pas de ce soupirant, inventait chaque jour de nouveaux miracles à accomplir. Le magicien oe lui - exauçait chacun de ses voeux : il fit sortir de terre un château, là haut, au village. Il donna aussi naissance aux cascades... Mais la jeune femme ne lui cédait pas. Le magicien, furieux finit par se lasser de la situation. Et mystérieusement la belle disparut. Enfin, pas tout à fait, car, certains vous le diront, les soirs de pleine lune, la Dame de Gimel quitte discrètement le château. On voit alors apparaître sa jolie silhouette au beau milieu des cascades.
Revenez maintenant sur vos pas, contournez la maison, empruntez le sentier qui descend et arrêtez-vous une vingtaine de mètres plus bas, sur la gauche. Un tout petit belvédère a été aménagé.
Nous voilà arrivés devant la troisième cascade, la fameuse Queue de cheval
C'est un peu comme si l'eau formait une longue chevelure.
Longue, en effet, puisque la Montane fait ici un saut de 60 mètres.
45 + 38 + 60... Eh oui, cela fait quand même 143 mètres de dénivelée !
C'est exact, c'est ce qu'on appelle la faille d'Argentat, qui s'étire sur environ 160 kilomètres.
Mais revenons à notre Queue de cheval. La rivière, comme vous le voyez, se précipite vers un gouffre profond. Son nom ? L'Inferno.
Tendez l'oreille.
Il paraît que se trouve là-dessous un village englouti par les eaux.
Moi, je crois plutôt que c'est un paradis pour poissons. Enfin, pour ceux qui ne sont pas trop frileux !
C'est vrai. L'environnement est ici particulièrement préservé, même si les poissons doivent se contenter d'une eau très froide et pauvre en nourriture, ce qui explique leur taille relativement réduite. L'espèce reine, c'est évidemment la truite. Mais à observer très patiemment les rives de la Montane, on peut aussi, avec un peu de chance, apercevoir des loutres. C'est un animal que l'on trouve un peu partout le long des 5000 kilomètres de rivières que compte la Corrèze. C'est vrai. L'écosystème est ici particulièrement préservé, comme le confirme Jean-Marc Bouleau, animateur au Centre permanent d'initiative pour l'environnement.
En tout cas, c'est sûr, en Corrèze, on ne manque pas d'histoires d'eau.
N'hésitez pas à faire un détour par Saint priest de Gimel. Vous y découvrirez sa petite église, le parc de son château château qui est une propriété privée , mais dont vous admirerez la façade 18ème, très classique et surmontée d'un fronton triangulaire. Ce château appartint longtemps à la famille Valon, personnalités du parti royaliste en France connues pour le foisonnement de leur vie mondaine, politique, et littéraire.
Retour haut de page