Colmar >

L'ancienne Douane

Version mobile
English Deutsch

L'ancienne Douane

Nous sommes devant l'Ancienne Douane. Observez les tuiles vernissées et multicolores de son toit. Cet imposant bâtiment, on l'appelle aussi le Koïfhus.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'Ancienne Douane. Observez les tuiles vernissées et multicolores de son toit.
Cet imposant bâtiment, on l'appelle aussi le Koïfhus.
C'est ici qu'au 14ème siècle siège l'assemblée de la Décapole.
C'est quoi la Décapole ?
C'est la fédération de 10 villes impériales d'Alsace. Au 14ème siècle, les villes d'Empire sont encore fragiles. Les seigneurs territoriaux les regardent d'un air gourmand. Pour se protéger d'une domination éventuelle, dix villes s'associent pour s'entraider.
Lesquelles ?
Wissembourg, Haguenau, Rosheim, Obernai, Sélestat, Kaysersberg, Colmar, Munster, Turckheim et Mulhouse.
Alors les députés de la Décapole se retrouvent au Koïfhus ?
Au premier étage exactement. Là, ils discutent sécurité, défense et justice.
<
Voix masculine grave 1 : Bien. Nous devons élaborer une stratégie pour veiller à notre défense.
Autre voix masculine 2 : Et si les conflits venaient de l'intérieur ?
Voix 1 : Que voulez-vous dire ?
Voix 2 : Si des différents éclatent entre Sélestat et Obernai par exemple ?
Autre voix masculine : Très juste, très juste... >
Au rez-de-chaussée du bâtiment, c'est une toute autre ambiance !
<
Voix masculine 1 : Du vin, du vin et encore du vin.... Bon sang ! Y'en a pour tout un régiment là-dedans !
Autre voix : Touche pas à mes bouteilles !
Voix 1 : ça va, ça va...
Ici, ce sont des entrepôts. Les commerçants y entassent leurs marchandises.
Voix masculine un peu gouailleuse : Tiens ! Attrape ! Bof, je sais pas d'où il vient ce colis, y'a rien marqué..
Autre voix masculine 2 : Donne voir. Faut l'amener au douanier.
> fin
A côté des entrepôts, il y a aussi les douaniers qui taxent les marchandises qui transitent par Colmar.
Dans ce bâtiment, on traite donc des affaires politiques et du commerce. Deux niveaux, deux ambiances !
Bien. Avant de partir, regardez, sur la place, la fontaine Schwendi faite en 1897 par Bartholdi.
Bartholdi, natif de Colmar, est l'auteur entre autres, de la statue de la liberté (dont une copie se trouve d'ailleurs à l'entrée nord de la ville).
Allons maintenant voir l'un des joyaux de l'architecture locale : la maison Pfister. Pour connaître les informations de guidage, appuyez sur la touche étoile.
Passez sous le porche. Le koifus est à votre gauche. Prenez, en face de vous, la rue des marchands. Avancez tout droit jusqu'à ce que vous croisiez la rue mercière. La maison Pfister est à l'angle des deux. Nous vous y attendons.
Retour haut de page