Clermont-sur-Berwinne >

L'Hôtel de Ville de Clermont

Version mobile
English Néerlandais

L'Hôtel de Ville de Clermont

C'est déjà ici, que sur convocation du seigneur, les hommes prenaient connaissance des décisions d'importance pour le village.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

A proximité

de Thimister-Clermont

L'Hôtel de Ville
Construit en 1888, il remplace un édifice important dans la vie des habitants de Clermont.
C'est déjà ici, que sur convocation du seigneur, les hommes prenaient connaissance des décisions d'importance pour le village.
Ici aussi que siégeait le tribunal chargé de rendre la justice. On trouve d'ailleurs sous l'hôtel de ville, au niveau de la route, un local qui est la fidèle copie de ce que l'on trouvait dans l'édifice précédent :un réduit dans lequel les suspects étaient emprisonnés en attendant leur jugement.
De fait, la seigneurerie de Clermont avait, jusqu'à la révolution française, droit de " basse et de haute justice ". Les condamnés à mort étaient exécutés sur un arbre à pendu, à un kilomètre du village...
Pour le nouvel Hôtel de ville, son architecte s'est mis en tête de reprendre les principaux styles présents à Clermont.
Les bandeaux de pierre rappellent le style Renaissance mosan.
Les symétries évoquent le style Louis 14, tandis que les fantaisies sont empruntées au style Louis 15.
Seule vraie nouveauté, sur la droite : la tourelle, qu'on nomme aussi poivrière.
En dessous de la poivrière, on aperçoit une représentation de St Jacques et au sol une stèle qui porte une coquille sculptée.
Elle nous signale que Clermont constitue une halte sur la Via Mosana, l'un des chemins qui mènent à Saint-Jacques-de-Compostelle, à 2200 kilomètres d'ici.

Grâce à cet emblème, les pèlerins savent qu'ils peuvent demander l'hospitalité dans le village. Des pèlerins qui généralement reviennent comblés de ce périple.
C'est ce qu'a pu constater Yves Meessen , spécialiste des pèlerinages de Saint-Jacques.
Beaucoup de personnes qui en reviennent me parlent du recueillement, de la motivation, de l'exaltation qu'ils ressentent, de la présence de Dieu, parfois, de l'aide de Saint-Jacques, énormément de sentiment intérieur et profond, qui les marque tout à fait. C'est un moment où l'on perçoit l'essentiel de la vie, tout cela revient à la mémoire et les occupe pendant des heures entières.
S'il constitue une épreuve intérieure bien plus qu'exploit sportif, le pèlerinage est pour beaucoup un objet de fierté.
Chaque pèlerin a une sorte de passeport sur lequel il fait appliquer dans les lieux d'étape un cachet par la mairie, par les cafés du coin, par une administration religieuse. Et l'addition de tous ces cachets, après toutes les étapes, lui permet d'obtenir à Saint-Jacques de Compostelle la crédenciale, c'est-à-dire ce diplôme, ce certificat, que le pèlerin a effectué ce trajet, et ce document fait la fierté de la personne qui a pu l'obtenir.
Revenons à présent à cette façade de l'hôtel de ville.
Ces drapeaux vous sont familiers ?
Bien sûr, vous avez reconnu les drapeaux européen et belge.
Sans doute aussi celui de la Wallonie, avec le coq pour symbole...
Et le drapeau de gauche, alors ? Il nous rappelle, eh oui, que nous sommes dans la province de Liège. Et puis enfin, il y a cette croix noire entourée de jaune... c'est le blason de Clermont, évidemment.
Depuis que Clermont a fusionné avec la commune voisine de Thimister, en 1976, l'hôtel de ville ne sert plus, sauf pour les mariages qui sont, comme on dit ici, célébrés " sur la rue ".
Vous vous demandez ce que cela signifie ? Jetez un oeil à l'arrière du bâtiment et vous comprendrez : l'hôtel de ville enjambe littéralement l'artère principale du village.
Retour haut de page