Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

Les fontaines de Clermont Ferrand

Version mobile
English

Les fontaines de Clermont Ferrand

Les fontaines de Clermont-Ferrand, point générique et référent

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La britannique Louisa Stuart-Costello, écrivain francophile du XIXe siècle, découvre Clermont-Ferrand. Elle s'extasie devant ses nombreuses fontaines qui ne manquent pas de l'inspirer :
Louisa Stuart-Costello (accent britannique léger) : Clermont est peut-être la ville de France la mieux fournie en eau ; il n'y a pas de place, de rue, de ruelle qui ne possède sa fontaine. L'eau claire s'écoule en un large ruisseau au milieu de la chaussée ! 
De tous temps, Clermont s'est enorgueilli de ses fontaines. La cité possède une rivière, la Tiretaine, aujourd'hui aux trois-quarts souterraine, et plusieurs sources qui alimentent une soixantaine de fontaines publiques. Si vous ajoutez les fontaines privées, cachées dans les cours des hôtels particuliers, la capitale de l'Auvergne en compte près de... 120 !
Jet d'eau de fontaine
Au fil de notre balade, vous découvrirez différents types de fontaines :
Les monumentales : elles trônent au milieu des places, des squares, se présentent comme de véritables monuments !
Les adossées ou les pariétales : elles sont accolées aux murs de la ville.
Enfin... les simples lavoirs !
Depuis les années 1980-90, les fontaines clermontoises sont remises en eau. Alimentées par la rivière Allier et les sources des volcans, la plupart offrent de l'eau claire et pure.
Water Music reprend de plus belle et annonce la conclusion...
Partons à présent à la découverte des fontaines de Clermont-Ferrand, de leurs architectures, leur histoire et leurs anecdotes. La plupart de celles que nous croiserons sont protégées au titre des Monuments historiques !
Retour haut de page