Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

Le lavoir de Montferrand

Version mobile
English

Le lavoir de Montferrand

Le donjon de Montferrand, Peirol d'Auvergne, le lavoir, les maisons vinicoles

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Asseyez-vous sur un banc de cette petite place. Profitons de sa quiétude et écoutons un extrait de Quand l'amour s'en va - Quant amors trobet partit - écrit en langue d'Oc par le troubadour Peirol d' Auvergne.
(Quand l'amour s'en va de Peirol d' Auvergne) 10 secondes environ. Le commentaire gagne sur la musique.
Cette mélodie nous plonge dans le Montferrand du Moyen Âge. Les parapets en pierre claire de la place Marcel-Sembat indiquent le périmètre du donjon de la cité, élevé au XIIe siècle sur la butte de Montferrand. Ce château-fort faisait face à Clermont, la cité ennemie.
Nous sommes à la cour de Dauphin d'Auvergne, seigneur poète, musicien et amoureux des arts.
Quand l'amour s'en va 10 secondes environ. Le commentaire gagne sur la musique.
On raconte que l'un des plus célèbres troubadours du XIIe siècle, Peirol d'Auvergne, entra au service de Dauphin dans ses jeunes années. Mais le baladin s'éprit de la soeur de Dauphin et son inclinaison dépassa l'amour courtois. Dauphin évinça Peirol de son château. Avec sa vielle à archet, son chagrin et son talent, le troubadour écrivit dix-sept chansons à son amour perdu, dont L'amour s'en va...
Extrait lu de Quand l'amour s'en va traduit en français.
Voix féminine : Amour, je vous ai servi pendant longtemps et vous n'aviez aucune pitié pour moi, bien que vous sachiez le peu de joie que j'en ai eu. Je ne vous accuserai de rien, à condition que vous m'accordiez un peu de paix, ce dont je vous implore...
La voix de la récitante s'éloigne au profit du commentaire.
Peirol d'Auvergne alla de château en château, jusqu'au nord de l'Italie. Il entreprit le voyage jusqu'à Damas et Jérusalem pour enfin rentrer à Montpellier, s'y marier et mourir.
Jet d'eau de fontaine
Impossible de ne pas remarquer le lavoir devant nous. Peu d'entre eux subsistent à Clermont-Ferrand, leur usage s'étant perdu...
Et, sur votre gauche, goûtez le charme tranquille des maisons vigneronnes. Celle du n°43 est ravissante avec sa vigne et sa fenêtre en oeil de boeuf au-dessus de sa porte. Vous la voyez ?...
Quand l'amour s'en va achève le point.
Retour haut de page