Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

Le carrefour des taules

Version mobile
English

Le carrefour des taules

À la recherche de la Comtesse G., Montferrand au Moyen Âge, le carrefour des Taules, la maison de l'Apothicaire

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
(Air Peirol d'Auvergne)
Et la comtesse G. créa Montferrand !
Ce personnage est énigmatique, car la comtesse ne se montrait guère et peu de sources sont parvenues jusqu'à nous. On la disait lépreuse, peut-être parce qu'elle a financé la construction de la léproserie d'Herbet, près de Montferrand ?...
Mais rendons-lui la parole.
Comtesse G. : Chers amis, bienvenue dans mon cher Montferrand qui me doit tant. On me nomme comtesse G. ou encore comtesse Brayère. On me pare de toutes les énigmes. Ne comptez pas sur moi pour les dissiper ! La seule chose que je peux vous confier, c'est que je fus comtesse d'Auvergne, et reçut en douaire la ville de Montferrand à la mort de mon époux, Robert Dauphin. Avec mon fils le comte Guillaume, j'ai apporté à cette cité un vif éclat et un développement extraordinaire ! 
Des traces du Montferrand de la Comtesse G. subsistent devant nos yeux. Tout d'abord la configuration des rues. Vous avez remarqué ?... Toutes bien alignées et se coupant à angle droit !
Sous la comtesse G., le territoire de la cité est planifié en lots habitables : des paezo. Tous ont la même longueur, d'où la régularité des rues.
À l'époque, toute personne peut librement s'installer à Montferrand et peut recevoir un paezo moyennant une taxe versée au comte d'Auvergne : le cens.
Les paezo peuvent être revendus à toute personne, excepté des gens d'église et d'épée. Car la mainmise de ces classes de pouvoir pourrait corrompre l'autogestion de la ville par ses propres habitants !
Le carrefour des Taules était des plus animés dans le Montferrand de la Comtesse G.
Taules vient du mot étal. Certainement à cause d'un marché aux toiles qui se tenait dans ce quartier commerçant.
La preuve, cette maison en pans de bois appelée la maison de l'Apothicaire. Vous voyez les deux statues en bois sous le toit ?...
Elles représentent un pharmacien armé d'un clystère pour un lavement. Face à lui, le postérieur de son patient qui attend... le pantalon baissé !
N'hésitez pas à flâner dans ce quartier où d'autres maisons du Moyen Âge en pans de bois valent le détour !
Retour haut de page