Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

le bassin au triton

Version mobile
English

le bassin au triton

Le bassin au triton, la sculpture jeune triton dansant, l'historique du jardin Lecoq, la roseraie

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
(Kejadenn par Gwenael Kerleo)
Regardez ce bassin avec en son centre, une statue représentant un triton. Dans la mythologie grecque, Triton est un dieu marin. Il est le fils de Poséidon et d'Amphitrite et le son de sa trompette précède toujours son arrivée sur les flots !
Cette fontaine ornementale du XIXe siècle se trouve au coeur de la roseraie. Revenons sur l'histoire de ce poumon vert de Clermont-Ferrand avec Alain Soubre :
C'est en 1745 qu'un botaniste, l'abbé Antoine Delarbre, a émis l'idée de faire fleurir la médecine et les arts qui en dépendent à Clermont-Ferrand, dans un jardin botanique. Ce jardin a vu le jour et s'est déplacé plusieurs fois avant d'arriver à l'emplacement actuel.
Au XIXe siècle, Henri Lecoq a pris la direction du jardin des Plantes ; il s'appelait ainsi à cette époque. Lui aussi était botaniste. Il a agrandi le jardin, l'a réorganisé, étiqueté toutes les plantes médicinales et fait construire des serres chauffées.
Henri Lecoq et le pharmacien Jean-Baptiste Bargoin font fortune en créant le café Gland doux. Un dépuratif composé d'un mélange de chicorée, de céréales et de gland de chêne vert du Maroc, d'Algérie ou d'Espagne !
Le musée Bargoin et le muséum Henri-Lecoq rappellent la mémoire de ces deux mécènes qui lèguent une grande partie de leurs richesses à la ville.
Mais le jardin Lecoq, c'est aussi la très belle roseraie qui nous entoure. Ses fleurs n'ont aucun secret pour Christophe Sanitas, jardinier au jardin Lecoq :
La roseraie a été créée en 1920 en lieu et place de l'ancien jardin botanique, installé en 1865. On y trouve des rosiers buissons, une espèce utilisée en plate-bande qui monte à 1 mètre 60 environ. Des rosiers tiges, une espèce greffée sur une tige. Enfin, des rosiers grimpants.
Quelles variétés trouve-t-on ?
On trouve surtout des roses modernes, apparues à la fin du XIXe siècle, en opposition aux roses anciennes, plus petites. Les roses modernes sont aussi plus grosses et parfumées. Une espèce qui me tient particulièrement à coeur : la Christophe Colomb. De couleur rose, elle est bordée de jaune et très parfumée. Une autre espèce : la Caprice de Meilland encore plus odorante !
La roseraie du jardin Lecoq ou l'invitation au voyage !
Kejadenn achève le point.
Retour haut de page