Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

La fontaine du séminaire

Version mobile
English

La fontaine du séminaire

La fontaine du Séminaire, la charte de Montferrand, l'église Notre-Dame-de-Prospérité

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Jet d'eau de fontaine
Écoutez le bruissement de cette fontaine pariétale en pierre de lave avec son bassin abreuvoir. Elle n'a qu'une seule ornementation : un mascaron en forme de marguerite. Datant du XVIIe siècle, elle est adossée à l'église Notre-Dame-de-Prospérité. Ce nom fait référence à la prospérité que Montferrand acquiert à partir de la fin du XIIe siècle, quand elle devient une ville franche.
À cette époque, la mystérieuse Comtesse G, qui dirige la cité avec son fils Guillaume, accorde à la ville une charte de franchises. Elle propose aux Montferrandais une autogestion de leur cité. Écoutons-en quelques extraits :
" Article 9 - Si un homme étranger soupçonné de servitude vient résider à Montferrand, s'il n'est pas réclamé dans le délai d'un an et un jour, il peut rester dans la ville.
Article 122 - Nul homme, nulle femme de Montferrand ne doit être cité en justice hors de la ville.
Article 125 - Le seigneur de Montferrand ne doit pas saisir le bien de l'homme ou de la femme qui meurt à Montferrand quand il a des héritiers. "
Le seigneur garde toujours son pouvoir sur la cité, mais ce sont les habitants qui élisent chaque année huit consuls, tenus de faire respecter la charte. Ces élus sont des marchands, artisans, laboureurs, viticulteurs...
Regardons maintenant l'église Notre-Dame-de-Prospérité. Écoutons Catherine Carton, historienne de l'art :
L'église Notre-Dame-de-Prospérité, entièrement construite en pierre de lave, entre le début du XIVe siècle et la fin du XVIe siècle, est de style gothique languedocien. Ce style est caractérisé par une nef très large qui se termine dans le choeur avec trois pans. Sur les murs latéraux de la nef, entre les contreforts, sont aménagées des chapelles. On compte quinze chapelles dans cette église. Elle rappelle la cathédrale Sainte-Cécile à Albi...
... De style gothique languedocien elle aussi ! Décidément, le Languedoc est omniprésent dans Montferrand puisqu'une de ses rues principales se nomme la Grande rue du Languedoc.
La ville de Montferrand a toujours été tournée vers les pays du sud, vers les pays d'Oc. Elle était une étape pour les marchands sur la route du royaume du nord vers le pays du sud. Et c'est ce qui a donné à la ville de Montferrand toute sa prospérité.
Avant d'aller à la rencontre de la mystérieuse Comtesse G, levez les yeux au ciel, admirez les gargouilles, puis partez à la recherche d'un lévrier particulièrement réaliste !
Jappements de chien achèvent le point.
Retour haut de page