Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

La fontaine de la place Delille

Version mobile
English

La fontaine de la place Delille

Le concile d'Urbain II, la fontaine Delille

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Remontons le temps jusqu'au Moyen Âge en 1095. Imaginez ici un terrain vague. Nous sommes hors des murs d'enceinte de la cité, à deux pas de la porte du Port.
Brouhaha foule
Le pape Urbain II vient pour excommunier le roi de France Philippe Ier accusé de bigamie. Le choix de Clermont est stratégique car nous sommes à la limite des possessions royales et dans une ville dirigée par un évêque favorable à la papauté. Le dernier jour du concile, pour tenter de calmer les querelles des seigneurs belliqueux, le pape propose un but commun : libérer le tombeau du Christ en Terre Sainte et les chrétiens d'Orient.
Le 27 novembre 1095, Urbain II s'adresse à la foule. Un chroniqueur de l'époque, Foucher de Chartres retranscrit ses propos. Écoutons le pape.
Urbain II (voix portée, ton discours) : " Je vous exhorte, je vous supplie - et ce n'est pas moi qui vous y exhorte, c'est le Seigneur lui-même - vous, les héros du Christ, à persuader à tous, à quelque classe de la société qu'ils appartiennent, chevaliers ou piétons, riches ou pauvres (...) de se rendre à temps au secours des chrétiens (...) À tous ceux qui y partiront et qui mourront en route, que ce soit sur terre ou sur mer, ou qui perdront la vie en combattant les païens, la rémission de leurs péchés sera accordée. Et je l'accorde à ceux... "
Un an plus tard, la première croisade démarre. Foucher de Chartres rédige le récit de cette expédition et meurt à Jérusalem vers 1127.
Jet d'eau de fontaine
Autrefois, la place Delille accueillait la fontaine d'Amboise, un joyau de la Renaissance. Elle est remplacée par cette imposante fontaine monumentale construite en 1875. C'est l'un des plus gros débits d'eau de Clermont-Ferrand.
La fontaine Delille a été réalisée par le fondeur Antoine Durenne et se compose en trois parties. De haut en bas...
Une conque qui protège trois putti.
Au centre, une vasque entourée de mascarons. Tous représentent des visages de femmes à la coiffure auréolée de coquille Saint-Jacques.
Au sol, un grand bassin circulaire en pierre blanche avec une alternance de personnages. Regardez bien, l'un des sujets est accompagné d'un dauphin. Quant à l'autre, plus féminin, il tient une amphore renversée !
Rires d'enfants + jet d'eau de fontaine
Retour haut de page