Clermont-Ferrand : si les fontaines m'étaient contées... >

La fontaine d'Amboise

Version mobile
English

La fontaine d'Amboise

La fontaine, les frères d'Amboise, son architecture, ses voyages

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
(Qui habitat de Josquin Desprès)
La fontaine d'Amboise est le joyau des fontaines de Clermont ! Au XVIIe siècle, l'architecte Charles Augustin d'Aviler s'extasie :
Charles Augustin d'Aviler : " Elle est distinguée par la délicatesse de sa sculpture et par sa belle structure. C'est un chef-d'oeuvre inimitable ! " 
Cette fontaine en pierre de lave date de 1515, facile à retenir !...
La bataille de Marignan ! 
... Mais pourquoi l'appelle-t-on d'Amboise ? Isabelle Carreau nous dit tout :
Elle porte le nom de son mécène : Jacques d'Amboise, évêque de Clermont. Jacques et son frère Georges possédaient une grande culture de la Renaissance italienne, et nous la retrouvons dans le décor foisonnant de ce monument. On doit au mécénat des frères d'Amboise le premier château Renaissance, le château de Gallion dans l'Eure, l'hôtel de Cluny à Paris et, à Clermont-Ferrand, certainement la première fontaine de style Renaissance érigée en France.
La fontaine d'Amboise est monumentale. C'est aussi une oeuvre architecturale de transition :
Elle est encore de structure gothique. Ses arcs-boutants qui soutiennent les vasques de la partie supérieure ressemblent fort à ceux de la cathédrale toute proche, alors que les petites colonnes qui se dressent autour du bassin octogonal sont de style Renaissance. On les appelle des candélabres. Le nom de son sculpteur n'est pas connu avec certitude, mais il est évident qu'il avait une connaissance très approfondie de l'art de l'Italie et un sacré talent !
Observez bien dans la richesse du décor la multitude de rinceaux.
Les rinceaux sont des sculptures végétales qui tracent des arabesques, des cercles, des enroulements...
Et les grotesque, motifs mi-végétaux mi-humains, sont-ils ridicules ?... Non, erreur de langage ! Le mot français est tiré de l'italien grottesca (grottes). Ce motif antique est redécouvert à la Renaissance, lors de la fouille de la Maison dorée de l'empereur romain Néron.
Le foisonnement de sculptures est sidérant : des amours, des vases avec branchages stylisés, des têtes humaines de tous les âges et au sommet... un drôle de personnage !
Il s'agit de l'homme sauvage comme on se le représente en ce début du XVIe siècle, pas très éloigné de l'Hercule romain. À noter qu'il tient les armes de la famille d'Amboise.
La fontaine d'Amboise a beaucoup voyagé dans la ville :
Elle a été déplacée quatre fois. On la surnomme " la voyageuse ". Elle est revenue à proximité de son emplacement initial. Elle était de l'autre côté de la cathédrale, dans les jardins de l'évêque.
Faites le tour plusieurs fois, attardez-vous devant sa foule de détails, et laissez vous séduire comme Théobald de Soland qui écrivait au XIXe siècle dans Causerie sur l'Auvergne :
Théobald de Soland : " En cherchant à retourner à mon gîte, j'ai fait le tour d'une fontaine octogone, gracieuse et charmante, comme tout ce que nous a laissé la Renaissance. "
Retour haut de page