Vallées des Saveurs (Wallonie) >

Ciney, capitale du Condroz

Version mobile
English Néerlandais

Ciney, capitale du Condroz

Avant guerre, deux formations musicales se partagent le kiosque : l'harmonie royale plutôt catholique et la fanfare des forges, plutôt socialiste.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Ciney, sur la place Monseu.
Installez-vous face au kiosque à musique.
Il est construit en 1896 sur les plans du kiosque de la ville de Spa.
En vous rapprochant, vous pourrez lire sur des plaques les noms de 16 musiciens. Tous sont célèbres, Mozart, Beethoven, Strauss, Stravinsky ... sauf peut être un certain Xavier Schlöguel ...
La petite histoire prétend que l'artisan chargé de repeindre le kiosque a rajouté le nom de ce compositeur, qui habitait... Ciney !
Avant guerre, deux formations musicales se partagent le kiosque : l'harmonie royale plutôt catholique et la fanfare des forges, plutôt socialiste. Toutes les deux ont alors beaucoup de succès.
A l'époque, cela attirait beaucoup de monde.
Roger Pierson, membre du cercle culturel de Ciney nous parle de ces concerts
C'était plutôt symphonique. Y'avait même des chants de chorale. Tout cela, c'était poussé par la paroisse pour donner une distraction saine à toute la jeunesse de l'époque. La musique avait beaucoup de succès. C'est pour ça que le premier kiosque était vite devenu trop petit et donc on l'avait agrandi
La place Monseu est également réputée pour le monument qui se trouve derrière vous : la collégiale. Regardez sa tour. Haute de 70 mètres, elle date du 10ème siècle.
Au départ c'était la tour de la cloche du ban qui était érigée sur un promontoire. La crypte a été faite probablement à ce moment là. Cette tour a été une tour de défense qui permettait aux villages avoisinants d'être avertis en cas de danger. On sonnait la cloche qui était au sommet de cette tour. C'était devenu ensuite la tour du clocher. L'église au départ était romane et a été à de nombreuses reprises détruite et reconstruite. La tour était restée miraculeusement intacte mais il faut dire que ce sont des murs de trois mètres d'épaisseur. "
La collégiale se visite...
Autre visite plus inattendue à Ciney : le marché couvert, tous les vendredi.
Bruits de vache
Plus de 4000 vaches sont rassemblées dans un grand hall. Les producteurs et les acheteurs viennent de toute la Belgique, de France et des Pays Bas. Et le prix se négocie à l'amiable...
" C'est mon métier ! Allez, on se tape toujours dans la main. Et c'est vrai qu'une parole vaut beaucoup mieux qu'un écrit ".
Il y a plusieurs siècles, on pouvait se battre pour un boeuf. Et c'est d'ailleurs ici que selon une légende, la guerre de la vache a commence, en 1273.
- La guerre de la vache ?
- Oui. Un paysan de Jallet vole une vache à un bourgeois de Ciney. Le bailli lui fait croire qu'il ne sera pas condamné s'il ramène la bête. C'est un piège. L'homme est arrêté et pendu.
- On ne peut pas parler de guerre là....
- Attendez : Juste après cette exécution, le seigneur de Jallet se sent lésé. Il va ravager les environs de Ciney. La suite, la conteuse Françoise Bal la connaît...
Le bailli du Condroz ne peut pas rester indifférent. Et à son tour, à la tête d'une troupe d'hommes, ils vont mettre le feu au château de Jallet. Quoi de plus naturel ? Et ainsi, d'alliances en violations, de violations en représailles, toute la région est mise à feu et à sang ... jusqu'à ce que le roi de France, Philippe le Hardi, mette fin à la guerre en déclarant que les choses devaient être remises dans l'ordre où elles étaient avant les événements. Voilà. C'est l'origine de la guerre de la vache. "
L'histoire ne dit pas si la vache volée était une bleu blanc belge. C'est l'espèce la plus courante en Wallonie. Vous en croiserez surement sur votre route...
Et bien justement. Notre prochaine destination nous emmène à la campagne, sur une ancienne voie de chemin de fer transformée en sentier de promenade. C'est à Bormenville.
Merci de continuer votre visite . A bientôt
Retour haut de page