Vallées des Saveurs (Wallonie) >

Bormenville, balade sur les traces d'une ancienne ligne de chemin de fer

Version mobile
English Néerlandais

Bormenville, balade sur les traces d'une ancienne ligne de chemin de fer

Un peu d'imagination et vous allez entendre passer le train...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

A proximité

de Havelange

Nous sommes à Bormenville sur le réseau RAVL
Installez vous sur ce banc qui rappelle les sièges des anciens wagons
Un peu d'imagination et vous allez entendre passer le train...
C'était il y a plusieurs dizaines d'années. Le train de la ligne 126 s'arrêtait à Havelange.
Ici Havelange. Havelange, 2 minutes d'arrêt.
Le dernier voyageur descend ici en 1962. Et dans les années 80, la Société Nationale des Chemins de Fer Belges fini par fermer cette ligne. Les rails sont démontés mais le tracé de la voie appartient toujours aux piétons, aux cyclistes et aux cavaliers. C'est ce qu'on appelle le réseau Ravel. Le Réseau Autonome de Voies Lentes.
Sonnette d'un vélo
Ce tronçon de 75 kilomètres entre Ciney et Landen suit donc l'itinéraire du train. Un vrai voyage dans le temps.
vous arrêter parfois. Sur votre parcours, vous trouvez des " panneaux bancs " comme celui-là. Ils rappellent le passé de la ligne 126. Ici, la gare a été cré en pleine campagne notamment en raisons de la présence d'un sanatorium dont il ne reste que peu de traces aujourd'hui.
Sur ce parcours, on a toujours d'anciennes gares, à commencer par Ciney, qui était une gare importante, une gare royale parce que, c'est là que Léopold II descendait lorsqu'il allait au château de Ciergnon.
Luc Jadot, bourgmestre de Hamois
Ensuite, nous cheminons par Emptinal. Les gardes barrières avaient un rôle social. C'était un peu la rumeur publique qui se transmettait au fil des stations. Ensuite on arrive à Bormenville. On a créé un sanatorium au milieu des bois...
La construction de toutes ces gares a bouleversé la vie des habitants des villages desservis par le train. Avec le chemin de fer, les distances se raccourcissent, les entreprises peuvent trouver de nouveaux clients plus lointains et la population fait des kilomètres pour aller travailler. La ligne 126 est rapidement un succès.
Sur le Ravel, le voyage est aussi un plaisir. C'est encore mieux que dans le train.
A vélo ou à pied, le temps ne manque pas pour apprécier le paysage. Vallonné et très changeant. Nous sommes ici au coeur du Condroz.
Le Condroz, c'est un plateau qui est orienté vers le Nord et qui est constitué d'une succession de crêtes et de dépressions. Ces crêtes, que nous appellons des tiges.
Jocelyne Huppe, guide touristique
Le sol est constitué de deux types de roches différentes. Du grès et du calcaire. Ces deux roches ont des résistances différentes à l'eau, une des deux se désagrège, le calcaire. Et sur les crêtes, on a du grès.
Et donc pour le voyageur qui circule ici, il va passer des crêtes avec un superbe paysage ouvert et au fond où il se retrouvera dans les bois, un paysage plus fermé.
Vous avez l'impression d'être devant une grande toile, qui évolue au fil de votre marche. Comme dans un train avec le paysage qui change tout le temps. Vous montez, vous descendez tout le temps. "
Et pour vous en convaincre, en repartant, vous roulerez certainement sur la nationale 4 qui elle aussi traverse le Condroz, de haut en bas.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page