Chefs d'oeuvre de la peinture paysagère en Provence >

Pêcheurs et élégantes sur la Corniche de Marseille

Version mobile

Pêcheurs et élégantes sur la Corniche de Marseille

Pêcheurs et élégantes sur la Corniche de Marseille, Raphaël Ponson, fin du XIXe siècle, Marseille, musée des Beaux-Arts

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Une petite baie à trente kilomètres de Marseille, à dix kilomètres de Martigues. Raphaël Ponson, le peintre des calanques, en donne une vision intime et humanisée. Élève d'Émile Loubon, figure maîtresse de l'école de Marseille, il adopte l'idée d'un paysage naturel, peint dans une lumière de plein air. Les figures mythologiques ou historiques de la génération précédente, néoclassique, ont fait place à des pêcheurs halant une barque, sous le regard attentif de deux élégantes. Si un certain sens de la précision demeure dans la description du paysage, les petites silhouettes sont croquées de manière libre. Le ciel, qui tient une large part dans la composition, révèle le caractère changeant de l'atmosphère. La mise en scène elle-même, coupant dans le vif le promontoire rocheux, à gauche, renforce cette impression d'instantané. Nous reconnaissons là les traits de toute une génération, qui succède aux néoclassiques et aux romantiques. Eugène Boudin, au Havre, est le plus connu, lui dont le critique Edmond Duranty écrivait qu'il avait inventé " la mer moderne ", une " bonne mer tranquille, intime, une mer de famille, le mot vient de force ". Au milieu du siècle, c'est un phénomène véritablement français. Raphaël Ponson y participe, et a sans doute vu les prémices de cette évolution du paysage à Paris, en 1855-1856. Son talent de paysagiste se développe même dans le domaine du décor monumental : il peint à la préfecture de Marseille, au Museum d'Histoire naturelle, au Palais Longchamp où il dédie en particulier une salle à la Provence. Le paysage a aussi élu droit de cité sur les murs des monuments publics.
Retour haut de page