Chefs d'oeuvre de la peinture paysagère en Provence >

Paysage de Provence, vue de Saint-Saturnin lès Apt

Version mobile

Paysage de Provence, vue de Saint-Saturnin lès Apt

Paul-Camille Guigou, Paysage de Provence, vue de Saint-Saturnin-lès-Apt, 1867, Paris, musée du Petit Palais

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Guigou est peut-être le plus connu des peintres provençaux. Encouragé par Loubon, le peintre qui rénove la peinture de paysage et enseigne à l'école des Beaux-Arts de Marseille, il s'attache à la lumière et à la nature. Celle-ci, saisie en un format panoramique, nous introduit directement au coeur du chemin par une mise en perspective frontale, au raccourci très spectaculaire. Ce sentier remonte vers le petit village médiéval sur les monts du Vaucluse, placé sur l'antique voie Domitia. L'influence de Courbet, très présente dans ces années de jeunesse, est encore sensible dans la matière dense de la peinture. Elle donne au relief du chemin, au fouillis de la végétation, une vivacité qui s'oppose aux plans de la montagne et du ciel. Cette attention portée à la lumière du plein air se voit accrue par son installation à Paris en 1863, et sa rencontre avec les Impressionnistes. Ce qui ne l'empêche nullement de revenir en Provence, où il développe ses propres expériences sur la lumière. Ici, la luminosité est encore accrue par les taches d'ombre au premier plan, à la base du chemin et sur la droite de la composition. Mais à l'inverse des Impressionnistes, ces ombres ne deviennent pas colorées, comme chez Monet ou Pissarro. Les petites silhouettes cheminant sous ce soleil de plomb semblent écrasées par ces contrastes de lumière et d'échelle. Plus que la figure humaine, c'est le paysage vibrant de soleil qui triomphe ici.
Retour haut de page