Chefs d'oeuvre de la peinture paysagère en Provence >

Les Marronniers du Jas de Bouffan

Version mobile

Les Marronniers du Jas de Bouffan

Les Marronniers du Jas de Bouffan, Paul Cézanne, vers 1885, Winterthur, Kunstmuseum

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Paul Cézanne ne cesse de revenir vivre sur les terres familiales tout au long de sa carrière, même si les séjours parisiens ponctuent régulièrement son parcours. Aix-en-Provence, et en particulier la propriété du Jas de Bouffan, représente pour lui un véritable retour aux sources. Les marronniers du jardin sont en particulier un motif de prédilection. Par leur imposante carrure, ils apportent une dimension verticale, monumentale, qui impose le rythme de cette peinture. Par contraste, la colline au-delà du mur de clôture et les maisons environnantes paraissent petites, noyées de soleil. Elles apportent l'équilibre horizontal et un contrepoint lumineux. C'est sur ce contraste des grands arbres et de la campagne alentour que Cézanne joue volontairement. Le clair-obscur accentue encore la stature des arbres, d'autant plus présents qu'ils portent avec eux la seule ombre du paysage. Par petites touches parallèles, leurs feuilles seules vibrent dans cette lumière écrasante de la journée, qui caractérise si souvent les paysages de Cézanne. C'est cette nature si particulière de la lumière du Midi qu'il s'acharne à capturer au fil des ans, ce "soleil effrayant" qui transforme les "objets" en "silhouettes", comme il l'écrit dans une lettre à Pissarro en 1876. C'est lui qui simplifie les formes, et conduit le peintre à traduire ses sensations par le biais de la géométrie.
La technique du peintre s'adapte cependant à toutes les situations, et se transforme parfois à l'intérieur d'un même tableau, comme nous le voyons ici.
Retour haut de page