Chefs d'oeuvre de la peinture paysagère en Provence >

La Durance près de Puyvert

Version mobile

La Durance près de Puyvert

Paul Guigou, La Durance à Puyvert, 1867, collection particulière

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le paysage provençal tel que le peint Paul Guigou doit beaucoup aux expériences des peintres de Barbizon. Le format panoramique, en particulier, lui vient de Daubigny, tandis que Corot est le grand modèle de ces paysages humanisés. Pourtant, Guigou ne ressemble à nul autre : par le choix de ces sujets, essentiellement dédiés à la Provence. Par le traitement de la lumière, qui lui est si particulier et qui ne doit finalement que très peu à ses amis impressionnistes, qu'il fréquente dès ce moment. La Durance attire particulièrement son attention, dans un site qui se situerait plutôt ici près de Lauris. Il est vrai qu'il semble difficile de localiser la scène: la transparence du ciel envahit la majeure partie de l'espace de la composition, laissant peu de place aux motifs. Cela doit en fait beaucoup à une mode qui vient d'Angleterre : l'aquarelle. Guigou la pratique intensément au début de sa carrière, et revient ensuite à l'huile sur des toiles qui s'en inspirent. C'est cela, sans doute, qui explique cette grande fluidité de la matière, cette limpidité de l'air et de l'eau, dont la transparence est presque palpable. Guigou transpose dans la technique de l'huile les qualités de la peinture à l'eau. Seuls, les rochers du premier plan et la ligne de la berge donnent par contraste un grain, une matière, à la peinture. Ils relèvent d'autant mieux l'immatérialité du ciel et du reflet, soit plus des trois quarts de la toile, ce qui est exceptionnel dans l'histoire du paysage. C'est donc en toute indépendance que l'artiste travaille aux côtés des peintres impressionnistes. Et en toute constance qu'il demeure fidèle à ce style naturaliste très personnel.
Retour haut de page