Chefs d'oeuvre de la peinture paysagère en Provence >

La corniche à Marseille

Version mobile

La corniche à Marseille

Jean-Baptiste Olive, La Corniche à Marseille, Toulon, musée des Beaux-Arts

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Décorateur de métier, Jean-Baptiste Olive débute à Paris une carrière qui le conduit à prendre part aux grand décors parisiens: au Cirque d'Hiver, au Sacré-Coeur et même pour les pavillons de l'Exposition Universelle de 1889 ! Son talent de peintre paysagiste s'affirme dans les années 1870 et jusqu'à la fin du siècle, en des oeuvres qui s'attachent à la lumière éblouissante du midi. Ici, c'est plutôt aux éléments déchainés sous un ciel de plomb que le peintre s'intéresse. De telle sorte qu'il ne demeure pas grand chose de la douceur de cette promenade aménagée sur le front de mer. Ce lieu, très fréquenté des peintres marseillais, donne lieu ici à une variation peu convenue: seule, la silhouette d'un pêcheur fumant au bord de la falaise se distingue. La côte se voit happée par les vagues furieuses et les lointains sont comme dissous dans une lumière de tempête. Même s'il n'est pas daté précisément, le tableau est sans nul doute postérieur aux années 1870 : on sent la transformation apportée au paysage par les Impressionnistes. Les lointains peu détaillés auraient été considérés en d'autres temps comme inachevés. La matière est dense, la touche laissée très visible, en particulier dans l'écume blanche des premiers plans. La falaise et le petit personnage sont quant à eux comme sculptés dans la matière, d'un pinceau de géologue. C'est toute la peinture qui semble battue par le vent et les vagues !
Retour haut de page